Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘France – Paris’ Category

Grâce à mon boulot en free-lance, je change souvent de bureau, et donc de quartier ! L’une des agences pour lesquelles je travaille régulièrement se trouve en plein cœur du quartier japonais à Paris, métro Pyramides. C’est l’occasion unique de découvrir toutes les spécialités japonaises… mais les vraies ! J’entends par là, pas les classiques makis, sushis, et autres yakitoris ! Non non non… car en réalité, il faut savoir que ces bouchées ne sont pas mangées couramment au Japon, mais plutôt pour les jours de fête. Au quotidien, les vraies spécialités sont plutôt les gyoza, les soba, les ramen, et autres okonomiyaki !

Donc me voilà partie pour vous faire découvrir les… okonomiyaki, chez Aki, la cantine jap spécialiste du genre ! J’y suis allée une première fois avec mon papa, puis avec une amie, puis avec mon amoureux ! Tous ont beaucoup aimé et je n’ai jamais été déçue !

La salle du rez-de-chaussée

L’endroit est simple, la déco pas très recherché, mobilier en bois classique. On ne peut pas réserver, donc sachez-le : c’est toujours plein ! Mais en général, l’attente n’est pas longue. Il y a deux niveaux, et un bar à chaque niveau auquel on peut s’attabler. Privilégiez le rez-de-chaussée, plus lumineux que le sous-sol.

Le comptoir du rez-de-chaussée

Mais… qu’est-ce que l’okonomiyaki, me direz-vous ?! Eh bien il s’agit d’une omelette ! Une omelette japonaise dont je tairai la composition exacte… pour la simple et bonne raison que je ne la connais pas ! hahaha ! Vous pouvez cependant choisir l’ingrédient principal, à savoir kimchi (légumes fermentés), porc (en fait, lard), bœuf, etc. L’omelette est assaisonnée d’une petite sauce sucrée (type barbecue) et d’une sorte de mayonnaise. Elle est servie dans un petit caquelon, sur un socle en bois. Pour la manger, vous utiliserez une petite palette en métal très pratique.

Ce plat est très complet, et croyez-moi, vous n’aurez plus faim après ! Les saveurs sont originales, un mélange de salé, d’acidulé, et de sucré. J’aime beaucoup ! Et ce que je préfère, ce sont les espèces de petits copeaux de ??? parsemés sur l’omelette et qui, sous l’effet de la chaleur, s’agitent sans cesse !

L'okonomiyaki

Au déjeuner, de nombreuses formules sont proposés, toutes très bon marché (10-12 €) ! Certaines avec une entrée (soupe, salade), d’autres avec des plats tels que le fameux porc pané, enfin celles avec l’okonomiyaki.

Au dîner, les plats sont un peu plus onéreux, mais le tout est globalement très intéressant, et accessible à toutes les bourses !

Je recommande les sashimis de saumon, c’est une entrée légère et généreuse. Le saumon cru est servi avec une sauce soja au gingembre corsée, un délice.

Les sashimis de saumon

Il y a une autre entrée originale et très savoureuse : les gyozas ! Mais pas n’importe lesquels… ici, les gyoza sont servis en potage ! Insolite !

Les gyoza

Et si vous souhaitez combler votre envie de sucré après le repas, ne cherchez pas : vous ne trouverez pas de dessert à la carte ! En revanche, le propriétaire du restaurant a ouvert juste en face une pâtisserie japonaise proposant éclairs au thé matcha, roulés au yuzu, et autres gâteaux revisités à la japonaise !

N’hésitez plus : testez !

Aki – 11 bis, rue Sainte-Anne 75001 Paris – M° Pyramides – Tél. 01 42 97 54 27

Aki Boulangerie au n°16 (juste en face)

Read Full Post »

C’est mon premier coup de gueule sur ce blog. Et à vrai dire, c’est la première fois qu’un restaurant me scandalise à ce point. Mon père a l’habitude de dire avec ironie : « Tu ne sais pas cuisiner ? Ouvre un restaurant ! ». Cet « adage » pourrait bien s’appliquer à Africasa.

C’est avec une offre Groupon que j’ai découvert ce restaurant pour un brunch. Comme quoi, on peut tomber sur de vrais mauvais plans ! Toujours se méfier, et bien se renseigner sur le restaurant en question avant d’acheter !

Rendez-vous pris un dimanche à 14h. Nous voilà donc, mon amoureux et moi, pour un brunch chez Africasa, restaurant africain situé rue du Cardinal Lemoine, dans le 5ème arrondissement de Paris, entre les arènes de Lutèce, la rue Mouffetard, et l’île Saint-Louis. Sympathique quartier, donc !

Notre bon nous donne droit à un brunch et 1 coupe de champagne par personne. Le brunch est composé de :

  • une boisson chaude (chocolat Africasa, thé, café, ou déca)
  • un jus de fruits (orange, maracuja, coco, cranberry, ou pomme)
  • un plat salé (brochette de bœuf avec friture de plantain, brochette de poulet avec friture de plantain, hamburger avec frites de patate douce, friture de calamars avec sauce tartare, ou brochette de gambas marinées avec vinaigrette à la cacahuète)
  • un plat sucré (gâteau à l’ananas de Côte d’Ivoire avec glace Carambar, riz au lait avec compote de fruits, pancakes banane et sauce chocolat, ou salade de fruits)
  • une brochette de 3 viennoiseries (croissant, pain au chocolat, et pain aux raisins)

Ce brunch coûte 22 € par personne. Pour 2 adultes payés, un brunch enfant est offert.

Commençons par la déco : jolie, épurée, zen, de grosses lampes blanches, des tables en bois clairs, des chaises hautes blanches. Le restaurant possède plusieurs espaces : une terrasse (à l’ombre), une salle au rez-de-chaussée, et deux salles au sous-sol. La terrasse est agréable, dommage qu’elle ne soit pas exposée sud.

La terrasse

La salle du rez-de-chaussée est très sympa, conviviale, lumineuse, donnant sur la cuisine ouverte, mais un peu bruyante. Enfin, les deux salles du rez-de-chaussée sont chaleureuses, avec de beaux murs en pierres et des voûtes.

Le sous-sol

Nous nous installons en bas, pour être plus au calme. Au bout d’une quinzaine de minutes, nous décidons de changer de place et de nous installer à l’étage du rez-de-chaussée, sentant que sinon, nous risquons d’être rapidement oubliés par les serveurs… Grand bien nous a pris…

La salle principale

Nous voilà donc à l’étage, à une table près de la fenêtre pour profiter du grand soleil. Un serveur souriant nous félicite d’être montés (comme s’il savait lui-même que l’on aurait été oubliés en bas…). Première constatation : une série de tables voisines n’est pas débarrassée. Elles resteront sales jusqu’à ce que nous partions.

Sur ces mêmes tables sales, je constate que le restaurant utilise des sachets de thé Carrefour : franchement, quand on paye pour un brunch dans un restaurant, on attend au moins du thé de qualité, si ce n’est pas du thé en vrac, au moins des sachets de marque et pas ceux qu’on utilise à la maison !Une serveuse (une belle nana d’origine africaine, avec une magnifique coupe afro ! ; manque plus que le sourire !)  vient enfin prendre notre commande. Nous commandons un chocolat Africasa, un café, un jus de coco et un jus d’orange. Pour les plats, je choisis le poulet et les pancakes. Il n’y a plus de pancakes. A la place, je vous propose un moelleux au chocolat. Ah. Je vois que les moelleux en question n’ont pas été terminés sur les tables d’à côté. Je prends donc le gâteau à l’ananas. Mon ami choisit les calamars. Il n’y a plus de calamars. Bon… Il prend finalement le hamburger, et le gâteau à l’ananas.

Le serveur souriant nous apporte le champagne en nous disant qu’on va nous faire patienter un peu (euh… encore ??).

Notre table n’étant pas non plus débarrassée, nous demandons à la serveuse de nettoyer notre table. Déjà, quelle idée de nous servir le champagne avant même de nettoyer la table… Elle s’en va, revient, et nous demande si on veut bien changer de table, parce qu’elle ne peut pas nettoyer notre table si on est assis…!!! Je refuse alors de changer de table, et nous nous levons pour la laisser nettoyer la table… Là, on commence à se demander où est-ce que l’on est tombés…

La première partie de notre commande arrive (et ça fait déjà bien 40 minutes qu’on est là) : nos plats (le hamburger et le poulet).

Le hamburger

Déjà, première surprise : le hamburger n’est pas servi avec des frites de patate douce comme prévu, mais avec des bananes plantain frites. Nous le signalons à l’autre serveur, qui nous dit qu’ils n’ont plus de patate douce. Merci de nous avoir prévenus lors de la commande… Deuxième surprise : nous n’avons ni couverts, ni serviettes, ni carafe d’eau. Nous les demandons au serveur. Il nous apporte les couverts et une seule serviette (!!). Je demande si je peux moi aussi avoir une serviette…

Les brochettes de poulet, friture de plantain

Au niveau gustatif : mention spéciale pour les brochettes de poulet, du vrai poulet rôti mariné dans un jus corsé, et servi avec une petite compotée d’oignons relevée et exotique.

En revanche, bananes plantain sèches, tièdes, peu salées… sans intérêt. Le hamburger de mon ami ne présente aucun intérêt non plus : un pain à burger, un steak haché surgelé, et une sauce de grande surface.

Nous réclamons nos boissons… Le jus d’orange n’est pas bon, type briquette de jus qu’on buvait étant enfant. Quand même, deux oranges pressées ne coûtent pas cher… Le chocolat chaud est… froid et pas mélangé (chocolat en poudre au fond, lait au-dessus). Je le renvoie.

Le jus d'orange et le "chocolat Africasa"

Le jus de coco (et ses nombreux glaçons...)

Un œil à la cuisine, et je vois le cuisinier qui téléphone sans enlever ses gants de travail. Bon…

On nous débarrasse le tout, puis c’est reparti pour une attente d’au moins 15 minutes avant d’obtenir la suite… les gâteaux à l’ananas, glace au Carambar. Ah ben non, pas la glace au Carambar… la glace au chocolat ! Nous le signalons à la serveuse. Nous n’avons plus de glace au Carambar. Normalement, vous avez aussi le choix avec la glace au bissap mais nous n’en avons plus non plus. Génial… Merci pour la précision, ça nous fait une belle jambe ! Je lui fais remarquer qu’elle aurait pu nous en informer lors de la commande. Elle me répond que ça n’aurait rien changé, car c’était chocolat ou rien (elle a le culot de répondre !!). Je lui rétorque que nous aurions peut-être choisi un autre dessert. Bref !

Le gâteau n’est pas bon : ananas pas mûr (très croquant), fond du gâteau trop cuit (limite brûlé…).

Le gâteau à l'ananas de Côte d'Ivoire

Vers la fin de notre « repas » (oui, normalement, un brunch, c’est tout en même temps, là ça ressemblait plutôt à un menu)… nous réalisons que nous n’avons jamais eu les viennoiseries. nous les réclamons. Le serveur nous regarde avec un air hébété. Finalement, on nous apporte au bout de 20 minutes un panier avec deux mini-croissant brûlés (au lieu des 6 viennoiseries différentes). Là, c’est la goutte d’eau ! Nous n’avons même plus la force de nous plaindre…

Un monsieur à une autre table parle fort : « bon, je vais finir par vraiment m’énerver ! on n’a toujours pas eu le dessert !! ». Et une autre dame qui renchérit : « on n’est pas contents non plus, c’est n’importe quoi ! ». Une famille remonte alors du sous-sol, et nous interpelle : « vous êtes contents, vous ? Parce qu’il paraît qu’on est les seuls à se plaindre ! ». Et là, c’était assez comique, cette soudaine cohésion qui m’a rappelé l’espace d’un instant l’ambiance des manifs !

Pour finir, en partant, on passe devant la cuisine ouverte, et je vois la boîte de Nesquick sur le comptoir. Ah… c’était donc ça, le « chocolat Africasa »…

J’ai demandé ce qui se passait à l’un des serveurs, pourquoi cette désorganisation ? Il m’a répondu que l’effet Groupon avait été trop important, et qu’il fallait revenir après la fin de validité de l’offre, que tout se passerait très bien… Euh, déjà, le restaurant était loin d’être plein (pas de quoi paniquer…), et surtout non merci, on ne reviendra pas. Je pense sincèrement qu’au delà de l’incompétence de certains serveurs, un il y a un véritable souci organisationnel : par exemple, on n’a jamais vu des serveurs qui n’ont pas de tables attribuées ; tout le monde sert toutes les tables, sans communiquer… à la fin, l’un des cuisiniers a même aidé en salle tandis qu’un serveur faisait cuire des steacks…

Je n’ai qu’un conseil pour le boss d’Africasa : Etchebest à la rescousse !!!

Africasa – 59, rue du Cardinal-Lemoine – 75005 Paris – Tél. 01 43 26 47 73 – contact@myafricasa.com – Brunch le dimanche de 11h à 16h

Read Full Post »

Le Bound propose l’un de mes brunchs parisiens préférés !

Ce restaurant est situé à deux pas des Champs-Elysées ! Idéal donc, pour profiter d’un brunch puis aller se balader, soit sur les Champs pour un après-midi shopping, soit sur les quais de Seine pour une promenade romantique !

Le restaurant a une grande terrasse, agréable en été.

J’y suis allée avec mon amoureux, mais nous avons préféré la salle intérieure, à la décoration très chic et girly ! Et puis, plus près des buffets, c’est mieux ! 🙂

Le prix

A la carte, les prix sont plutôt élevés. Normal, pour un lieu « branché » parisien comme celui-là. Le brunch n’est pas donné, il faut compter 38 € par adulte, 20 € pour un enfant de moins de 12 ans. Je trouve toujours les prix des brunchs parisiens franchement exagérés. Mais en toute sincérité, par rapport à pas mal d’autres adresses, celle-là est top. Pour la simple et bonne raison que le choix est impressionnant et surtout les produits sont de très grande qualité. Souvent, dans les buffets « à volonté », les produits sont bas de gamme… là, vraiment, ce n’est pas le cas du tout. Ils ne lésinent pas sur la qualité. Chaque produit est frais et de qualité.

La cuisine est « fusion », c’est à dire qu’elle mêle des saveurs internationales, notamment italiennes, et japonaises.

Il y a un buffet froid et un buffet chaud, ainsi qu’un buffet sucré. Le tout garni comme un sapin de Noël !!! Le Bound propose également, en supplément, des plats chauds à la carte (par exemple les œufs bénédictine ou le cheese burger). Mais croyez-moi : les buffets suffiront amplement à combler votre appétit !

Les boissons

Plusieurs jus de fruits sont proposés, notamment du jus de fraise. Une coupe de champagne est inclus dans le brunch, ainsi que la classique boisson chaude, à volonté : café américain, thé, ou chocolat chaud.

Sur le buffet froid

Du saumon fumé, des tomate-mozza (de belles tomates bien rouges, et de la VRAIE mozza de bufflone !), des makis en pagaille (notamment une variété très originale de maki saumon-asperge), un plateau de fromages, du jambon cru (coupé très très finement !), du pain grillé, et des salades (dont certaines d’influence asiatique).

Sur le buffet chaud

Des brochettes de crevettes, des brochettes de viande grillée, du bacon, des beignets, des galettes de pomme de terre, des œufs brouillés.

Sur le buffet sucré

Des macarons, de la pana cotta, du tiramisu, de la crème caramel, de la salade de fruits, du gâteau au chocolat, et même des crêpes au chocolat !

En résumé, si votre budget vous le permet, je vous recommande ce brunch : grand choix, qualité au top, original, bien placé, et décoration très chic !

Bound – 49/51, avenue George V 75008 Paris – Tél. 01 53 67 84 60 – bound@buddhabar.com – Ouvert 7j/7, de 9h à 2h (brunch servi le dimanche de 11h30 à 16h)

Read Full Post »

J’ai découvert L’Enoteca grâce à mon père qui travaille dans le coin. Et c’est mon coup de cœur du mois !C’est un petit bar à vin-restaurant italien, situé en plein cœur du quartier Saint-Paul à Paris. Le lieu est trop mignon, l’ambiance hyper chaleureuse et cosy. Mon père et moi sommes arrivés les premiers pour y déjeuner mais quand nous sommes partis, c’était plein à craquer ! Il semble que l’adresse soit déjà bien réputée dans le coin…A l’intérieur, on se croirait en Italie, avec cette déco très typique et à la fois très simple composée de meubles 1930 et de lampes en verre. Il y a un étage avec une autre salle, que je n’ai pas vue.A la carte des vins : des vins italiens bien sûr ! Selon mon père, on y fait de très belles découvertes ! L’Enoteca a d’ailleurs reçu le prix de la meilleure carte de vins italiens à l’étranger lors du salon Vinitaly.

A la carte, l’entrée est à 10-13 €, le plat à 15-22 €. Mais le bon plan, c’est la formule  déjeuner  à 14 €, comprenant entrée, plat, et verre de vin. Je ne me rappelle pas de l’intitulé exact des plats commandés donc je vais tenter de les décrire au mieux !

Nous avons tous les deux opté pour la formule déjeuner. Le vin servi était très chouette !

En entrée, nous avons choisi tous les deux une sorte de bruschetta hyper typique : un pain de campagne gratiné à la saucisse italienne ! Ça peut sembler un peu bizarre… eh bien c’était délicieux ! Il s’agit en fait d’une sorte de hachis de viande, très savoureux, recouvert de fromage italien fondu. Très original et gourmand ! L’image est peut-être plus parlante :En plat, mon père a choisi les penne au pesto. Habituellement, je n’aime pas tellement le pesto, et ce plat m’a beaucoup surprise ! La sauce était très légère et très parfumée. Rien à voir avec le pesto classique qui me fait friser l’overdose de basilic !Quant à moi, j’ai pris le carpaccio de bœuf au parmesan et aux brocolis. Ce plat est très original, parce qu’on n’a pas l’habitude de manger le carpaccio ainsi, c’est-à-dire servi recouvert de brocolis cuits en sauce ! Inhabituel donc, et un peu décevant pour moi parce que j’adore le carpaccio de manière très simple, avec juste un peu d’huile d’olive, de roquette, et des copeaux de parmesan.En dessert, nous avons pris à la carte une farandole de desserts à partager ; je ne l’ai pas regretté ! Les desserts italiens, quand ils sont réussis, sont exquis et très raffinés. Ce fut le cas. Au programme : une panna cotta au lait d’amandes avec sauce au fruit de la passion, un gâteau au chocolat, un tiramisu, et un semifreddo aux noisettes (crème glacée très crémeuse !). Le tout servi avec une petite grappe de groseilles pour une touche d’acidité. Mention spéciale pour le semifreddo, onctueux à souhait, et la panna cotta, toute douce et légère !En résumé, L’Enoteca est une véritable trattoria en plein Paris ! D’habitude, je ne suis pas une adepte des restaurants italiens : je trouve que généralement (en France ! – je précise avant de recevoir la foudre des Italiens me tomber dessus !), c’est un peu trop copieux et indigeste (pâtes, pizzas, crème, fromage…). Ici, j’ai découvert la véritable cuisine italienne familiale, la cuisine simple, légère. Je vous recommande vraiment cette adresse, encore plus pour le déjeuner : rapport qualité-prix imbattable !

Petite info utile : ils font les spaghetti maison !

Ma suggestion perso : en profiter pour faire un tour à la Galerie Oblique, ou au Musée de la Magie si vous êtes avec des enfants (les deux sont à quelques mètres du restaurant) !

L’Enoteca – 25, rue Charles V 75004 Paris – M° Saint-Paul (L1) ou Sully-Morland (L7)  – Tél. 01 42 78 91 44 – enoteca@enoteca.fr – Réservation conseillée !

Read Full Post »

Il y a quelques temps, mon ami et moi avons participé à « un dîner presque parfait » revisité entre amis ! Et j’ai la chance que mon amoureux ait gagné, parce que nous avions convenu tous ensemble que le gagnant remporte un coffret Smartbox pour un dîner à Paris ! Du coup, j’en ai profité…! (Spéciale dédicace à Knp, Adèle, Syfa, et Fredo !)

Ce vendredi soir donc, nous décidons de profiter de notre coffret, et un concours de circonstances fait que le restaurant choisi au départ est en travaux pour une durée illimitée ! Nous « nous rabattons » donc sur Le Petit Dakar, restaurant sénégalais idéalement situé en plein quartier du Marais (à 2 pas de la rue des Francs-Bourgeois et de la place des Vosges).

Quelle bonne surprise en arrivant ! Le lieu est parfait pour un dîner en amoureux : cosy, chaleureux, lumière tamisée, petit nombre de couverts.

La deuxième bonne surprise, c’est d’avoir droit à choisir sur la même carte que les autres clients (ce n’est pas toujours le cas avec un coffret cadeau !). La carte est assez courte, et en général c’est plutôt positif !

En apéritif, il y a un petit bol de « vraies » cacahuètes (dans leur cosse…ça fait une éternité que je n’en avais pas mangées sous cette forme !). Nous avons bu un jus de bissap-fleurs d’hibiscus et un jus de gingembre, les deux faits maison ! Je vous les recommande vivement, c’est succulent. Surtout le jus de gingembre, très corsé (il faut vraiment aimer le gingembre !)…moi qui étais un peu malade, ça m’a fait un grand bien !

Nous choisissons en entrée une assiette de légumes séka (aubergine, poivron, courgette) et des gambas poêlées au curry et à l’ail. Mention spéciale pour les gambas, succulentes ! De belles gambas charnues, accompagnées d’une purée de tomates très parfumée.

En plat, nous optons pour un veau mafé (au beurre de cacahuète) et un poulet yassa (mariné aux oignon, à l’ail, et au citron). On a beaucoup aimé les 2 ! Le mafé est un met très original, qui propose des saveurs assez inédites pour un palais européen ! Le yassa est moins original en terme de goût, mais c’est un délice aussi !

En dessert, j’ai choisi un thé gourmand (un thé au tamarin servi avec un gâteau au chocolat et une petite purée de patate douce), et mon ami un tiacri (un yaourt aux graines de mil). De son coté, rien de transcendant ! A vrai, dire on a trouvé les graines de mil un peu sèches dans le yaourt. De mon coté, j’ai été emballée par le gâteau au chocolat…un vrai délice et un bon goût corsé de chocolat. En revanche, j’ai eu un peu de mal avec la purée de patate douce… malgré le fait que ce soit un légume sucré, je préfère quand même en manger en plat de résistance !

Côté prix, ce n’est pas donné à la carte… De 15 à 22 € le plat, et environ 7 € l’entrée ou le dessert. En revanche, au déjeuner c’est plutôt intéressant (15 € la formule comprenant plat et dessert) mais le choix est très restreint.

Pour résumer, je recommande ce petit resto très sympa, qui permet de découvrir une nouvelle cuisine, dans une ambiance chaleureuse (mais parfois un peu bruyante), et dans un quartier très agréable !

Désolée pour l’absence de photos…mais il faisait trop sombre !

Le Petit Dakar – 6, rue Elzévir 75003 Paris – M° Saint-Paul (L1) – Tél. 01 44 59 34 74 – petitdakar@gmail.com

Read Full Post »

Angelina est le symbole même du goûter gourmand et raffiné. Mes parents m’emmenaient chez Angelina rue de Rivoli de temps en temps étant petite et cela reste un souvenir délicieux.

Angelina fut fondé en 1903 par un confiseur autrichien, Antoine Rumpelmeyer. Depuis, ce lieu est couru par les couturiers et de nombreuses célébrités…

J’y suis retournée avec mes parents et mon amoureux le week-end dernier, pour retrouver ce même plaisir à déguster des pâtisseries gourmandes en buvant une boisson chaude, le tout dans un décor tradi et une ambiance à la parisienne comme on n’en fait plus beaucoup.

Première chose à savoir : Angelina le week-end, c’est comme Disneyland à Noël. C’est à dire littéralement bondé, et la queue sur le trottoir. Ne vous affolez pas en arrivant, la queue a beau s’étendre sur quelques dizaines de mètres, l’attente n’en est pas moins assez courte. Touristes et Parisiens se bousculent au portillon pour goûter la spécialité de la maison, le Mont Blanc. Si vous n’avez pas envie d’attendre, il est également possible d’acheter sa pâtisserie à la boutique et de l’emporter. Vous pouvez même y acheter les boissons à emporter.

La boutique

Nous avons été installés au rez-de-chaussée. Dommage, l’étage est bien plus agréable : plus calme, mieux chauffé, et rempli d’effluves chocolatées venant des cuisines. En bas, mieux vaut s’équiper d’un petit foulard : les courants d’air sont assez nombreux !J’ai trouvé que l’ambiance avait un peu changé… les tables sont alignées en rangs d’oignons, attention à ne pas filer un coup de coude perdu à un inconnu, assis un peu trop près !

Le service est parisien : pressé, un poil pince sans rire, peu souriant. Mais plutôt efficace et rapide.

Les spécialités qui ont fait la réputation de la maison sont donc le Mont Blanc, et l’Africain, chocolat chaud à l’ancienne. J’avoue que l’Africain est exceptionnel. Personnellement, un peu trop épais et amer à mon goût, mais je reconnais que c’est ce qu’on peut appeler un vrai chocolat chaud de qualité.

Nous sommes arrivés en fin d’après-midi et comme nous n’avions pas mangé depuis au moins 4h (oh oui c’est déjà très long ;)), nous nous sommes laissés tenter par un en-cas salé avant de goûter aux pâtisseries ! Mon père et moi avons pris un risotto aux cèpes (10 €), ma mère et mon ami le club sandwich Angelina (14 €). Le risotto était fondant et crémeux comme je les aime, avec de gros morceaux de cèpes et des amandes effilées sur le dessus. Un plat très bien servi pour seulement 10 € !J’ai goûté le club sandwich, de bonne facture mais rien de particulièrement renversant. Petite déception sur les frites, ne présentant pas spécialement d’intérêt.Nous avons goûté ensuite 3 pâtisseries : le fameux Mont Blanc, le Cocktail Dita, et le Saori.

Le Mont-Blanc, boule de meringue recouverte de chantilly légère puis de vermicelles de crème de marron, est exquis et toujours inimitable.

Le Mont-Blanc

Le Dita est une pâtisserie suspendue très surprenante ! C’est à la fois un cocktail à base de jus d’orange, de gingembre et de cointreau, et à la fois une pâtisserie à base de crème de violette, de suprêmes d’oranges, et de baba au rhum, le tout posé sur un disque de chocolat. C’est original et savoureux.

Le Dita

Le Saori est un cheesecake au citron vert avec gelée de fraise, mousse au creamcheese, sur un sablé au citron vert, dans un coquille croquante de chocolat blanc, accompagné d’une mini-guimauve à la fraise. C’est une pâtisserie raffinée et gourmande.

Le Saori

Côté boissons, mention spéciale pour le chocolat chaud au chocolat blanc, un délice ! Et pas trop sucré du tout contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre.

La note pour 4 :Angelina – 226, rue de Rivoli 75001 Paris – Tél. 01 42 60 82 00 – angelina@groupe-bertrand.com – Ouvert tous les jours de 9h à 19h

Angelina – Palais des Congrès – 2, place de la Porte Maillot 75017 Paris – Tél. 01 40 68 22 50 – angelina.maillot@groupe-bertrand.com – Ouvert tous les jours de 9h à 19h

Angelina – Musée du Louvre – Aile Richelieu 75001 Paris – Tél. 01 49 27 93 31 – Ouvert du mercredi au lundi de 9h à 18h

Angelina – Château de Versailles – Pavillon d’Orléans 78000 Versailles – Tél. 01 39 20 08 32 – angelina.versailles@groupe-bertrand.comOuvert du mardi au dimanche de 10h à 17h (18h en été)

Angelina – Parc du Château de Versailles – Petit Trianon 78000 Versailles – angelina.commercial@groupe-bertrand.com – Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 18h (à emporter ou en terrasse)

Read Full Post »

J’ai la chance, grâce à mon job dans l’événementiel, d’être parfois invitée dans de beaux hôtels ou de grands restaurants ! C’est donc avec joie que j’ai pu déjeuner au Benkay, où un prestataire m’a généreusement invitée il y a quelques jours. Le Benkay, cité dans le Guide Michelin 2010 et le Gault Millau 2010, et dont on dit qu’il est le meilleur restaurant japonais de la capitale… j’allais enfin pouvoir trancher par moi-même !

Le nom du restaurant est inspiré du nom d’un héros de la littérature japonaise, Benkei, connu pour sa force et sa loyauté. Trois chefs officient dans ce lieu : le chef Ando pour le washoku (plats traditionnels japonais), le chef Karasuyama pour les sushis et sashimis (spécialités de poisson cru), et le chef Kimura, maître du teppanyaki (cuisine sur plaque chauffante).

Comme j’y suis allée pour le boulot, je n’ai pas pu prendre de photos, c’est pourquoi les photos que je vais intégrer à mon article ne sont pas de moi ! Cependant, je mets un point d’honneur à mettre uniquement celles qui reflètent vraiment la réalité.

Le Benkay est situé dans l’hôtel Novotel Paris Tour Eiffel, sur les quais, en face de la Maison de la Radio. L’accès est assez facile et la situation peut donner lieu à une jolie balade vers la Tour Eiffel ou une visite du Musée du Quai Branly.

Après être rentré dans le lobby de l’hôtel, vous prendrez l’ascenseur jusqu’au 4ème étage. A la sortie de l’ascenseur, le dépaysement commence ! La décoration est traditionnelle, sobre et élégante, l’ambiance détendue et calme. Dans l’entrée, des vitrines remplies de vaisselle et d’objets d’art japonais vous accueillent.


Le restaurant est composé de deux espaces : l’espace « washoku », un espace de restaurant traditionnel où l’on vous apporte vos plats à table, et l’espace « plaques chauffantes » (teppanyaki pour les initiés), où vous vous installez devant les plaques, en face des cuisiniers qui préparent vos plats devant vous.

Le bar à sushis dans l'entrée

L'espace "Washoku"

J’ai déjeuné dans le second espace, un peu plus festif et typique.

L'espace "Teppan"

Mon conseil : demandez la place de Jacques Chirac (un habitué du Benkay) ! Située dans le fond de la salle, elle est un peu à l’écart, permet d’observer l’ensemble du restaurant, et offre une belle vue sur la Maison de la Radio. Sinon, demandez au moins une table près de la baie vitrée.

Vous aurez sûrement l’occasion d’y croiser des « célébrités », en tous cas des gens de la télé, puisque de nombreux animateurs travaillant à la Maison de la Radio en ont fait leur cantine.
Quand vous vous installerez, ne soyez pas surpris d’être revêtu d’un « bavoir » en coton blanc par le serveur ! Cela peut être bien utile par la suite lorsque le chef fait sauter les aliments sur les plaques ! En revanche, je vous conseille d’aller aux toilettes avant pour éviter de devoir traverser tout le restaurant avec votre bavoir… 😀

J’ai été un peu déçue par les baguettes jetables… dans un restaurant de renom tel que celui-là, je m’attendais au moins à avoir de véritables baguettes. Pour info, le restaurant propose également des baguettes de débutants, deux baguettes reliées par un élastique .

Il faut savoir que les menus du déjeuner en semaine sont particulièrement intéressants : 30 ou 50 € le menu 3 plats contre 90, 117 ou 150 € le menu le soir. A la carte, il faut compter environ 90 € le repas : les prix commencent à 20 € pour les entrées, à 43 € pour les plats, et à 10 € pour les desserts.

En entrée, j’ai pris les langoustines grillées. Elles sont cuites par le chef sur les plaques chauffantes, puis servies sur une petite salade de jeunes pousses, et arrosées d’une vinaigrette aux saveurs asiatiques : un délice ! La cuisson est belle à voir, notamment grâce à l’astuce du chef qui consiste à faire cuire les langoustines sous une cloche. Je suis déjà fan de langoustines mais là, je dois dire que je me suis plus que régalée ! La sauce est exquise, les langoustines sont excellentes, et la salade apporte la touche de fraîcheur et de légèreté que l’on apprécie dans une entrée. En fait, c’est une très bonne mise en jambe pour la suite du repas ! Petit bémol : pas évident de décortiquer des langoustines avec des baguettes (je n’ose pas imaginer le topo pour ceux qui ont déjà du mal à manier ces dernières !).

En plat, j’ai pris le bœuf. Normalement, il est servi avec des pousses de soja sautées et du riz.

La cuisson des pousses de soja

Étant allergique aux pousses de soja, le chef les a très gentiment remplacées par des légumes grillés… Rien à dire, le bœuf est cuit pile poil comme demandé, et la viande est particulièrement tendre. Pas étonnant chez des Japonais, les experts du Wagyu, le fameux bœuf de Kobé (viande célèbre pour son incroyable persillé, et aussi pour les soins qui lui sont prodigués – massages, musique classique, et boisson à base de bière) ! Je vous conseillerais de simuler l’allergie au soja si vous aussi vous voulez goûter aux légumes grillés qui sont vraiment très bons, grillés à point et encore un peu croquants. Le bœuf est servi avec de l’ail frit (j’adore ! mais uniquement si vous n’avez pas de rendez-vous après !) et un trio de sauces : gingembre, soja, et soja-piment (très douce contrairement à ce que l’on pourrait penser). Le riz est bon, mais pas de quoi sauter au plafond.

Le boeuf et l'ail frit

En dessert, j’ai pris une crêpe flambée Fujiyama et je vous conseille vraiment de prendre ce dessert. Vous avez le choix entre trois parfums : vanille/fruits frais, fruits rouges, ou caramel/banane. J’ai pris caramel et je ne l’ai pas regretté ! Le serveur apporte une assiette décorée d’un animal en poudre de thé vert (réalisé au pochoir).

Puis le chef fait réchauffer une petite crêpe pliée sur la plaque, ainsi que la banane qu’il coupe en rondelles biseautées. Ensuite, il fait rouler sur la plaque d’un geste précis une grosse boule de glace avec ses couteaux, puis il dresse l’ensemble sur l’assiette. Dernière étape : la double flambée au rhum ! L’assiette est alors servie avec un vase d’azote liquide, le fameux concept de Cryocooking qui diffuse une épaisse fumée blanche sur la table. Spectaculaire !

Mon seul regret ? Ne pas avoir essayé les tempuras ! J’adore ces beignets japonais et je suis certaine qu’ils y sont excellents.

J’ai aimé ce restaurant parce qu’il propose la véritable cuisine japonaise, c’est à dire une cuisine toute simple mais très technique, peu d’ingrédients mélangés, juste des aliments de qualité, et cuits à point. Et puis c’est un repas-spectacle ! Difficile de garder le cap très longtemps dans votre conversation avec votre voisin, tant votre regard est captivé par ce qui se passe sur les plaques chauffantes.

Surtout, ne manquez pas de réserver, le Benkay fait le plein très rapidement…

Benkay – Novotel Paris Tour Eiffel – 61, quai de Grenelle – 75015 Paris – M° Bir Hakeim / Charles Michels / Javel – Tél. 01 40 58 21 26 – reservations@restaurant-benkay.com

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :