Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Africaine’ Category

C’est mon premier coup de gueule sur ce blog. Et à vrai dire, c’est la première fois qu’un restaurant me scandalise à ce point. Mon père a l’habitude de dire avec ironie : « Tu ne sais pas cuisiner ? Ouvre un restaurant ! ». Cet « adage » pourrait bien s’appliquer à Africasa.

C’est avec une offre Groupon que j’ai découvert ce restaurant pour un brunch. Comme quoi, on peut tomber sur de vrais mauvais plans ! Toujours se méfier, et bien se renseigner sur le restaurant en question avant d’acheter !

Rendez-vous pris un dimanche à 14h. Nous voilà donc, mon amoureux et moi, pour un brunch chez Africasa, restaurant africain situé rue du Cardinal Lemoine, dans le 5ème arrondissement de Paris, entre les arènes de Lutèce, la rue Mouffetard, et l’île Saint-Louis. Sympathique quartier, donc !

Notre bon nous donne droit à un brunch et 1 coupe de champagne par personne. Le brunch est composé de :

  • une boisson chaude (chocolat Africasa, thé, café, ou déca)
  • un jus de fruits (orange, maracuja, coco, cranberry, ou pomme)
  • un plat salé (brochette de bœuf avec friture de plantain, brochette de poulet avec friture de plantain, hamburger avec frites de patate douce, friture de calamars avec sauce tartare, ou brochette de gambas marinées avec vinaigrette à la cacahuète)
  • un plat sucré (gâteau à l’ananas de Côte d’Ivoire avec glace Carambar, riz au lait avec compote de fruits, pancakes banane et sauce chocolat, ou salade de fruits)
  • une brochette de 3 viennoiseries (croissant, pain au chocolat, et pain aux raisins)

Ce brunch coûte 22 € par personne. Pour 2 adultes payés, un brunch enfant est offert.

Commençons par la déco : jolie, épurée, zen, de grosses lampes blanches, des tables en bois clairs, des chaises hautes blanches. Le restaurant possède plusieurs espaces : une terrasse (à l’ombre), une salle au rez-de-chaussée, et deux salles au sous-sol. La terrasse est agréable, dommage qu’elle ne soit pas exposée sud.

La terrasse

La salle du rez-de-chaussée est très sympa, conviviale, lumineuse, donnant sur la cuisine ouverte, mais un peu bruyante. Enfin, les deux salles du rez-de-chaussée sont chaleureuses, avec de beaux murs en pierres et des voûtes.

Le sous-sol

Nous nous installons en bas, pour être plus au calme. Au bout d’une quinzaine de minutes, nous décidons de changer de place et de nous installer à l’étage du rez-de-chaussée, sentant que sinon, nous risquons d’être rapidement oubliés par les serveurs… Grand bien nous a pris…

La salle principale

Nous voilà donc à l’étage, à une table près de la fenêtre pour profiter du grand soleil. Un serveur souriant nous félicite d’être montés (comme s’il savait lui-même que l’on aurait été oubliés en bas…). Première constatation : une série de tables voisines n’est pas débarrassée. Elles resteront sales jusqu’à ce que nous partions.

Sur ces mêmes tables sales, je constate que le restaurant utilise des sachets de thé Carrefour : franchement, quand on paye pour un brunch dans un restaurant, on attend au moins du thé de qualité, si ce n’est pas du thé en vrac, au moins des sachets de marque et pas ceux qu’on utilise à la maison !Une serveuse (une belle nana d’origine africaine, avec une magnifique coupe afro ! ; manque plus que le sourire !)  vient enfin prendre notre commande. Nous commandons un chocolat Africasa, un café, un jus de coco et un jus d’orange. Pour les plats, je choisis le poulet et les pancakes. Il n’y a plus de pancakes. A la place, je vous propose un moelleux au chocolat. Ah. Je vois que les moelleux en question n’ont pas été terminés sur les tables d’à côté. Je prends donc le gâteau à l’ananas. Mon ami choisit les calamars. Il n’y a plus de calamars. Bon… Il prend finalement le hamburger, et le gâteau à l’ananas.

Le serveur souriant nous apporte le champagne en nous disant qu’on va nous faire patienter un peu (euh… encore ??).

Notre table n’étant pas non plus débarrassée, nous demandons à la serveuse de nettoyer notre table. Déjà, quelle idée de nous servir le champagne avant même de nettoyer la table… Elle s’en va, revient, et nous demande si on veut bien changer de table, parce qu’elle ne peut pas nettoyer notre table si on est assis…!!! Je refuse alors de changer de table, et nous nous levons pour la laisser nettoyer la table… Là, on commence à se demander où est-ce que l’on est tombés…

La première partie de notre commande arrive (et ça fait déjà bien 40 minutes qu’on est là) : nos plats (le hamburger et le poulet).

Le hamburger

Déjà, première surprise : le hamburger n’est pas servi avec des frites de patate douce comme prévu, mais avec des bananes plantain frites. Nous le signalons à l’autre serveur, qui nous dit qu’ils n’ont plus de patate douce. Merci de nous avoir prévenus lors de la commande… Deuxième surprise : nous n’avons ni couverts, ni serviettes, ni carafe d’eau. Nous les demandons au serveur. Il nous apporte les couverts et une seule serviette (!!). Je demande si je peux moi aussi avoir une serviette…

Les brochettes de poulet, friture de plantain

Au niveau gustatif : mention spéciale pour les brochettes de poulet, du vrai poulet rôti mariné dans un jus corsé, et servi avec une petite compotée d’oignons relevée et exotique.

En revanche, bananes plantain sèches, tièdes, peu salées… sans intérêt. Le hamburger de mon ami ne présente aucun intérêt non plus : un pain à burger, un steak haché surgelé, et une sauce de grande surface.

Nous réclamons nos boissons… Le jus d’orange n’est pas bon, type briquette de jus qu’on buvait étant enfant. Quand même, deux oranges pressées ne coûtent pas cher… Le chocolat chaud est… froid et pas mélangé (chocolat en poudre au fond, lait au-dessus). Je le renvoie.

Le jus d'orange et le "chocolat Africasa"

Le jus de coco (et ses nombreux glaçons...)

Un œil à la cuisine, et je vois le cuisinier qui téléphone sans enlever ses gants de travail. Bon…

On nous débarrasse le tout, puis c’est reparti pour une attente d’au moins 15 minutes avant d’obtenir la suite… les gâteaux à l’ananas, glace au Carambar. Ah ben non, pas la glace au Carambar… la glace au chocolat ! Nous le signalons à la serveuse. Nous n’avons plus de glace au Carambar. Normalement, vous avez aussi le choix avec la glace au bissap mais nous n’en avons plus non plus. Génial… Merci pour la précision, ça nous fait une belle jambe ! Je lui fais remarquer qu’elle aurait pu nous en informer lors de la commande. Elle me répond que ça n’aurait rien changé, car c’était chocolat ou rien (elle a le culot de répondre !!). Je lui rétorque que nous aurions peut-être choisi un autre dessert. Bref !

Le gâteau n’est pas bon : ananas pas mûr (très croquant), fond du gâteau trop cuit (limite brûlé…).

Le gâteau à l'ananas de Côte d'Ivoire

Vers la fin de notre « repas » (oui, normalement, un brunch, c’est tout en même temps, là ça ressemblait plutôt à un menu)… nous réalisons que nous n’avons jamais eu les viennoiseries. nous les réclamons. Le serveur nous regarde avec un air hébété. Finalement, on nous apporte au bout de 20 minutes un panier avec deux mini-croissant brûlés (au lieu des 6 viennoiseries différentes). Là, c’est la goutte d’eau ! Nous n’avons même plus la force de nous plaindre…

Un monsieur à une autre table parle fort : « bon, je vais finir par vraiment m’énerver ! on n’a toujours pas eu le dessert !! ». Et une autre dame qui renchérit : « on n’est pas contents non plus, c’est n’importe quoi ! ». Une famille remonte alors du sous-sol, et nous interpelle : « vous êtes contents, vous ? Parce qu’il paraît qu’on est les seuls à se plaindre ! ». Et là, c’était assez comique, cette soudaine cohésion qui m’a rappelé l’espace d’un instant l’ambiance des manifs !

Pour finir, en partant, on passe devant la cuisine ouverte, et je vois la boîte de Nesquick sur le comptoir. Ah… c’était donc ça, le « chocolat Africasa »…

J’ai demandé ce qui se passait à l’un des serveurs, pourquoi cette désorganisation ? Il m’a répondu que l’effet Groupon avait été trop important, et qu’il fallait revenir après la fin de validité de l’offre, que tout se passerait très bien… Euh, déjà, le restaurant était loin d’être plein (pas de quoi paniquer…), et surtout non merci, on ne reviendra pas. Je pense sincèrement qu’au delà de l’incompétence de certains serveurs, un il y a un véritable souci organisationnel : par exemple, on n’a jamais vu des serveurs qui n’ont pas de tables attribuées ; tout le monde sert toutes les tables, sans communiquer… à la fin, l’un des cuisiniers a même aidé en salle tandis qu’un serveur faisait cuire des steacks…

Je n’ai qu’un conseil pour le boss d’Africasa : Etchebest à la rescousse !!!

Africasa – 59, rue du Cardinal-Lemoine – 75005 Paris – Tél. 01 43 26 47 73 – contact@myafricasa.com – Brunch le dimanche de 11h à 16h

Read Full Post »

Il y a quelques temps, mon ami et moi avons participé à « un dîner presque parfait » revisité entre amis ! Et j’ai la chance que mon amoureux ait gagné, parce que nous avions convenu tous ensemble que le gagnant remporte un coffret Smartbox pour un dîner à Paris ! Du coup, j’en ai profité…! (Spéciale dédicace à Knp, Adèle, Syfa, et Fredo !)

Ce vendredi soir donc, nous décidons de profiter de notre coffret, et un concours de circonstances fait que le restaurant choisi au départ est en travaux pour une durée illimitée ! Nous « nous rabattons » donc sur Le Petit Dakar, restaurant sénégalais idéalement situé en plein quartier du Marais (à 2 pas de la rue des Francs-Bourgeois et de la place des Vosges).

Quelle bonne surprise en arrivant ! Le lieu est parfait pour un dîner en amoureux : cosy, chaleureux, lumière tamisée, petit nombre de couverts.

La deuxième bonne surprise, c’est d’avoir droit à choisir sur la même carte que les autres clients (ce n’est pas toujours le cas avec un coffret cadeau !). La carte est assez courte, et en général c’est plutôt positif !

En apéritif, il y a un petit bol de « vraies » cacahuètes (dans leur cosse…ça fait une éternité que je n’en avais pas mangées sous cette forme !). Nous avons bu un jus de bissap-fleurs d’hibiscus et un jus de gingembre, les deux faits maison ! Je vous les recommande vivement, c’est succulent. Surtout le jus de gingembre, très corsé (il faut vraiment aimer le gingembre !)…moi qui étais un peu malade, ça m’a fait un grand bien !

Nous choisissons en entrée une assiette de légumes séka (aubergine, poivron, courgette) et des gambas poêlées au curry et à l’ail. Mention spéciale pour les gambas, succulentes ! De belles gambas charnues, accompagnées d’une purée de tomates très parfumée.

En plat, nous optons pour un veau mafé (au beurre de cacahuète) et un poulet yassa (mariné aux oignon, à l’ail, et au citron). On a beaucoup aimé les 2 ! Le mafé est un met très original, qui propose des saveurs assez inédites pour un palais européen ! Le yassa est moins original en terme de goût, mais c’est un délice aussi !

En dessert, j’ai choisi un thé gourmand (un thé au tamarin servi avec un gâteau au chocolat et une petite purée de patate douce), et mon ami un tiacri (un yaourt aux graines de mil). De son coté, rien de transcendant ! A vrai, dire on a trouvé les graines de mil un peu sèches dans le yaourt. De mon coté, j’ai été emballée par le gâteau au chocolat…un vrai délice et un bon goût corsé de chocolat. En revanche, j’ai eu un peu de mal avec la purée de patate douce… malgré le fait que ce soit un légume sucré, je préfère quand même en manger en plat de résistance !

Côté prix, ce n’est pas donné à la carte… De 15 à 22 € le plat, et environ 7 € l’entrée ou le dessert. En revanche, au déjeuner c’est plutôt intéressant (15 € la formule comprenant plat et dessert) mais le choix est très restreint.

Pour résumer, je recommande ce petit resto très sympa, qui permet de découvrir une nouvelle cuisine, dans une ambiance chaleureuse (mais parfois un peu bruyante), et dans un quartier très agréable !

Désolée pour l’absence de photos…mais il faisait trop sombre !

Le Petit Dakar – 6, rue Elzévir 75003 Paris – M° Saint-Paul (L1) – Tél. 01 44 59 34 74 – petitdakar@gmail.com

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :