Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Française’ Category

Pour fêter mon anniversaire avec ma famille, comment me faire plus plaisir qu’avec un dîner de la mer ? J’adore les fruits de mer, c’est mon dada, quand ils sont d’une fraîcheur extrême, quand en les dégustant vous ressentez une bourrasque marine sur vos joues, quand l’iode envahit tous vos sens… Le bonheur !ecailler-du-bistrot-paris-lomo

Donc… ouh l’idée qu’elle est bonne, un dîner à l’Écailler du Bistrot (recommandé par le Guide Champerard 2012), dans la rue Paul-Bert où se trouve également le génial Bistrot Paul-Bert, dans le 11ème arrondissement. D’ailleurs, c’est le même couple qui tient les 2 adresses (Mme Cadoret à l’Écailler pour la mer, Monsieur Auboyneau au Bistrot pour la terre !).6a00d83451e7e169e20120a6280587970b-400wil

Le cadre est très agréable et colle parfaitement au thème de la cuisine : beaucoup de bois, des petits bateaux, de la faïence. Une déco qui rappelle l’intérieur d’un bateau, sans pour autant faire dans la copie grossière type bouée bleu marine et nœuds de corde ! Le cadre est chaleureux, traditionnel, sans chichis. On s’y sent bien. La clientèle est clairement composée de CSP++, peu de jeunes, plutôt des repas d’affaires, des cadres et familles en mal de mer… 🙂 Mais tout cela s’expliquera fort bien au vu de l’addition ! Mais, on l’oublie trop souvent, les vrais fruits de mer, les vrais poissons coûtent cher !6a00d83451e7e169e20120a67f5802970c-200wi

A la carte : un menu homard à 55 € (douzaine d’huîtres, demi-homard, et dessert), un large choix de fruits de mer – clams, bigorneaux, huîtres normandes et bretonnes, étrilles, bulots, tourteaux – (quoique lors de ma venue, ils n’avaient pas tout en stock… fraîcheur oblige, on est dépendant de la pêche du jour !), des entrées entre 12 et 19 €, des plats entre 22 et 38 €, des desserts aux alentours de 8-9 €. Pour un plateau de fruits de mer, compter environ 38 € par personne.

A votre table, c'est un véritable outillage qui vous attend... prêts pour une séance Dexter ???

A votre table, c’est un véritable outillage qui vous attend… prêts pour une séance Dexter ???

En apéritif nous sont servis un pot de rillettes de saumon et deux variétés de beurres Bordier (la crème du beurre…), salé et aux algues, avec différentes sortes de pains. Un délice ! Les rillettes sont citronnées, fraîches comme il faut. Les beurres sont tout simplement divins… Merci Bordier ! Attention à ne pas s’en faire une orgie, au risque de ne plus avoir de place pour la suite…

Petit pot de rillettes de saumon

Petit pot de rillettes de saumon

Beurres Bordier

Beurres Bordier

En entrée, j’ai choisi 6 huîtres plates du Belon. Ce sont de petites huîtres fines à la chair ferme, qui ont une saveur particulière de noisette ! J’ai adoré, pour leur finesse de goût…IMG_2022Mes parents ont choisi le saumon fumé maison. Il était très bon et très fin, même si je reconnais avoir préféré le saumon fumé dégusté lors d’une récente escapade en Écosse…IMG_2020Mon ami a opté pour les sashimis (honte à moi… je ne me rappelle plus de quel poisson il s’agissait !). Et c’était exceptionnel. L’assaisonnement était parfait, rappelant les saveurs d’Asie qui me plaisent tant… Les sashimis : c’est bien là qu’on reconnaît un bon restaurant de poisson !IMG_2019En plat, mes parents ont choisi le fameux demi-homard, servi avec des frites maison ! C’est le pêché mignon de ma Maman… Et à tous ceux qui ont dit sur Tripadvisor que le demi-homard était une arnaque, que la portion était ridicule… Je vous laisse vous faire votre propre avis !IMG_2024IMG_2026Mon ami a pris la sole entière… qui s’est avéré gigantesque ! Cuit à la perfection, le poisson était, encore une fois, d’une très haute qualité. Il est servi avec de petites pommes de terre rattes cuites au beurre.IMG_2028Quant à moi, j’ai pris les coquilles Saint-Jacques. Elles étaient fondantes à souhait, légères, un délice… pour mon appétit, la portion convenait parfaitement, mais de gros mangeurs l’auraient peut-être trouvé un peu juste ! Elles sont servies avec un pot de délicieuse purée montée à l’huile d’olive.IMG_2027Le bémol des plats : le chef ne cuisinerait-il pas d’autres légumes que… des pommes de terre ?!En dessert, mon père et moi avons partagé un macaron au citron. Parfaitement exécuté, mais le goût de citron était trop prononcé pour moi, avec une acidité un peu forte en bouche. Avis aux amateurs !IMG_2030Mon ami a choisi le Paris-Brest, très bon, mais un peu lourd pour un dessert… Je préfère terminer mon repas sur une note légère. Et je reste une inconditionnelle du vrai Paris-Brest de Maisons-LaffitteIMG_2031Ma mère a choisi le trio de glaces maison. Le parfum citron était, là encore, un peu trop fort à notre goût !IMG_2032En résumé, un établissement à la fois chic et traditionnel, où les poissons et les fruits de mer sont d’excellente qualité. Un poil moins enthousiasmant sur les desserts. Compter environ 75 € par personne, vins compris. L’addition chiffre vite ! Mais quand les produits de qualité sont au rendez-vous, que voulez-vous… c’est toujours moins cher qu’un week-end à Cancale ! 😉l-ecailler-du-bistrot_6e2

Publicités

Read Full Post »

Le Bistrot Paul Bert, c’est un peu comme une madeleine de Proust. Réconfortant, rassurant, plaisant. On y déguste une cuisine de qualité, une vraie cuisine cuisinée comme on en trouve de moins en moins… à un prix accessible (au déjeuner, en tous cas !). Ici, le chef ne rigole pas avec la bonne bouffe, comme l’indique la pancarte « ici, la viande est service bleue, saignante, ou mal cuite ! ».  Il est situé dans un quartier populaire, dans le 11ème arrondissement de Paris, entre Nation et Bastille. Le service est très souriant et décontracté, on se sentirait presque entre amis ! Tout ça dans une ambiance de bistrot parigot.

Le menu déjeuner est à 18 € et inclut une entrée, un plat, et un dessert (ou un fromage pour les amateurs !). Et vraiment, j’insiste, une vraie cuisine traditionnelle (mais pas vieillotte !) de qualité. Ce menu change tous les jours, selon les inspirations du chef, et offre le choix entre 2 entrées, 2 plats, et 2 desserts. Il y a aussi un menu à 36 €, avec plus de choix.

En entrée, j’ai choisi le tartare de saumon au fenouil. De gros dés de saumon frais, surmontés de salade et d’aneth. Moi qui adore le saumon cru, je me suis régalée ! C’est une entrée fraîche et gourmande, les produits sont bien mis en valeur sans être dénaturés.

Voici l’entrée qu’avait choisi ma maman : le fromage de tête maison. Je n’y ai pas goûté, mais je vous le montre pour vous faire une idée !En plat, j’ai opté pour le piccata de veau au citron confit. Une tuerie !!! Une sauce très parfumée, une acidité calculée au poil, juste assez pour titiller les papilles ! Le tout servi avec de grosses pâtes cuites à la perfection (comme la viande, d’ailleurs). Un plat gourmand, et simple, comme tout ce qu’on mange ici.

En plat, mon père a choisi l’aile de raie poêlée aux câpres. Je n’y ai pas goûté.En dessert, j’ai pris le fontainebleau au coulis de fruits rouges. Là, je dois reconnaître une légère déception… Parce que j’ai trouvé que le fontainebleau était un peu épais et manquait de légèreté (c’est normalement ce que j’adore dans ce dessert). C’était également un peu trop copieux à mon goût. Par contre, j’ai bien apprécié le mélange d’amandes effilées avec le coulis.

Ma mère a choisi l’autre dessert : le sorbet à l’ananas, très léger, parfumé, et sucré juste ce qu’il faut.

En résumé, je vous recommande ce resto pour un déjeuner : de la bonne cuisine française à prix raisonnable ! En revanche, la carte est assez chère, et le soir, l’addition peut vite chiffrer ! Ce restaurant est souvent encensé dans les critiques, et à juste titre selon moi.

Bistrot Paul Bert – 18, rue Paul-Bert 75011 Paris – M° Faidherbe – Tél. 01 43 72 24 01

Read Full Post »

Un resto tenu par le meilleur ami du cousin de mon chéri (vous suivez ?), situé à 10 minutes en voiture de chez nous, un coupon promotionnel d’achat groupé sur Internet… Il n’en fallait pas plus pour que nous testions l’adresse ! Alors bien sûr, il n’est jamais évident d’écrire sur un lieu dont le chef est un ami de la famille… Je vais quand même tenter de rester objective ! 🙂

Marly-le-Roi est une petite ville située à quelques minutes de Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines. Je n’y étais jamais allée avant cette soirée et j’ai été très agréablement surprise : j’ai adoré le centre ville, absolument craquant !! Un véritable village de poupée…

En arrivant, nous sommes accueillis par la femme du chef. Le lieu est chaleureux, la lumière est légèrement tamisée, et la déco est plutôt moderne, féminine et épurée. J’ai beaucoup aimé l’ambiance ! La maîtresse de maison est très sympathique, ça change de l’accueil parfois très froid de certains restaurants…

La carte propose une cuisine française traditionnelle, et quelques plats internationaux.

Au rayon des entrées : terrine de poisson, salade, chèvre rôti, et d’autres basiques de la cuisine française ; et une déclinaison d’œufs cocotte  (l’un de mes mets favoris !) – classique / gorgonzola / épinard-chèvre / foie gras / saumon fumé. Le prix des entrées oscille entre 6,50 et 9,50 €.

Pour les plats, vous avez un large choix ! Burgers, risottos, magret de canard, pièces de bœuf, cabillaud, saumon… il y en a pour tous les goûts. Compter entre 15 et 21 €. Tout donne envie, les intitulés sont appétissants. Je tique un poil sur le supplément « écrevisses décortiquées » des écrevisses à la provençale et leur risotto au curry (+ 2 € pour les avoir décortiquées). Pour moi, c’est au chef de faire le choix de les servir décortiquées ou non. Parce que si on commence comme ça, alors on peut proposer en option les frites avec ou sans peau, le poulet avec ou sans os, etc. Mais ce n’est que mon avis ! Mes copains de table, eux, ont trouvé ça très bien de laisser le choix au client.

Sur l’ardoise des desserts, des grands classiques, tous à 6,50 € : panacottas, tiramisu, moelleux aux marrons, tarte aux fruits, crumble.

En entrée, la mère de mon copain a opté pour la caponatta d’aubergines !  La caponatta est une espèce de ratatouille italienne. Une jolie entrée pleine de fraîcheur !

Mon copain, lui, a choisi la terrine de poisson. Je n’aurais jamais pris ça au restaurant ! Pour moi, c’est un plat de maison, allez savoir pourquoi… Finalement, c’était plutôt bon, et très frais ! Elle était servie avec de la salade et une petite sauce.

Et… comme vous le savez si vous lisez régulièrement mon blog, je choisis toujours les plats qu’il ne faut pas ! En entrée, j’ai pris l’œuf cocotte, parce que c’est l’un de mes plats préférés, mais aussi parce que je suis une experte de cette entrée que je fais chez moi au moins une fois par semaine… Malheureusement, grosse déception ! Normalement, l’œuf cocotte se prépare avec des œufs, éventuellement quelques ingrédients complémentaires, et un petit peu de crème ! Là, l’œuf baignait littéralement dans la crème… C’était presque une soupe de crème ! Très décevant donc, puisque très gras et peu savoureux…

Pour le plat, ma belle-mère a opté pour le magret de canard au miel, et le fils d’un ami le burger ! Je n’ai pas goûté ces plats. Le bon point : des frites maison !

Mon amoureux a opté pour la pièce de bœuf. Belle qualité de viande, mais beurre maître d’hôtel bien trop salé ! Dommage…

J’ai pris « les fameuses gambas à la provençale et son risotto crémeux au curry » (on notera la petite faute de grammaire…). Grosse déception ! Le plat était beaucoup trop salé !! Et le risotto était surdosé en fromage râpé (de l’emmental selon moi)… Non seulement le fromage et le curry ne font pas toujours bon ménage, mais surtout l’ensemble était très écœurant. Dommage, car l’intitulé du plat m’avait faite rêver !

Pour ce qui est des desserts, nous avons choisi le tiramisu, le duo de panacottas, et le moelleux aux marrons. Mention spéciale pour le moelleux, justement… très moelleux ! Digeste et pas trop sucré !

En résumé, un petit restaurant situé dans une agréable petite ville des Yvelines, un jeune couple agréable et souriant, et une cuisine familiale qui pourrait être un peu plus raffinée et légère… mais je suis sûre que cette adresse est prometteuse !

L’Ardoise – 18, Grande Rue 78160 Marly-le-Roi – Tél. 01 39 58 57 06

Read Full Post »

Ce restaurant de cuisine française traditionnelle, j’y suis allée pour la première fois pour un déjeuner avec des collègues de bureau. J’avais beaucoup aimé donc j’y suis retournée pour un dîner en amoureux.

C’est une brasserie chic, située en plein centre de Saint-Germain-en-Laye, à 3 mètres de la sortie du RER, en face du Château.

La décoration années 30 est sobre et élégante. Le lieu est très fréquenté pour les déjeuners d’affaires. Le soir, la clientèle est plutôt âgée… normal, le lieu n’est pas franchement « branché », mais plutôt classe et chic. On y trouve également quelques amoureux à la recherche d’un restaurant un peu romantique !Les prix sont assez élevés à la carte, donc nous avons choisi le menu (le seul et unique) à 29 €. Ce menu comprend entrée, plat et dessert au choix.

En entrée, mon ami a pris les gambas marinées avec leur guacamole. Le guacamole était vraiment délicieux, citronné et parfumé à souhait. Une petite déception cependant, car les gambas étaient toutes petites (n’était-ce pas plutôt de simples crevettes ?), et il ne s’agissait pas véritablement de « marinade » comme nous l’imaginions puisque les « gambas » étaient simplement plongées dans le guacamole.

J’ai choisi les 6 huîtres : un bonheur !! Je suis une grande amatrice d’huîtres, et cela faisait une éternité (seulement quelques mois en réalité) que je n’en avais pas mangé… j’ai donc sauté sur l’occasion ! Elles sont servies sur un plat surélevé (j’adore, ça fait chic !), avec citron, pain, beurre, et le fameux vinaigre aux échalotes. Bref, un classique de la gastronomie française. Je me suis régalée, les huîtres étaient bien charnues et iodées.On a vu passer un immense plateau de fruits de mer pour une table voisine… je vous le conseille : il est splendide !

En plat, mon ami a choisi la pièce de bœuf, servie avec des frites et une sauce béarnaise. La viande était savoureuse. Grosse déception sur les frites, qui n’étaient pas maison (quel scandale, dans un restaurant de cette gamme ! – même au Bouche à Oreille, elles sont faites maison !).

J’ai choisi le foie de veau au vinaigre de framboises, et sa purée. Encore un plat que je n’avais pas mangé depuis belle lurette (vraiment, cette fois !). C’est un plat qui me rappelle des souvenirs d’enfance, quand j’en mangeais chez mes parents. Le foie était cuit parfaitement (« bien cuit » selon mon souhait), acidulé comme il faut.

En dessert, nous avons tous les deux opté pour la panna cotta à la cassonade façon crème brûlée. Le ramequin est énorme (sur la photo ci-dessous, la cuillère est une cuillère à soupe…) ! C’était très parfumé et bon, mais franchement trop copieux… même mon ami n’a pas fini (et pourtant, il a de l’appétit !). Et puis la panna cotta, c’est un peu écœurant au bout d’un moment.

Le menu est, je trouve, d’un bon rapport qualité-prix, car il propose des produits haut de gamme, comme les huîtres ou la pièce de bœuf, cuisinés de manière traditionnelle. Les plats sont très généreux, donc on y mange à sa faim.

Il n’est pas obligatoire de réserver pour un dîner en semaine, en revanche, pensez-y si vous y allez le week-end, et d’autant plus pour un déjeuner en semaine. Demandez une table avec vue sur le château !

La Brasserie du Théâtre – Place Charles-de-Gaulle 78100 Saint-Germain-en-Laye – RER A Saint-Germain-en-Laye – Tél. 01 30 61 28 00

Read Full Post »

Je suis addict à Groupon ! Mais uniquement pour les offres de restaurants… Et franchement, je n’ai jamais été déçue, parce que cela permet de découvrir de nouveaux lieux à prix défiant toute concurrence… En revanche, il faut bien choisir et ne pas acheter sans se renseigner avant sur le resto en question !

Me voilà donc achetant un bon pour un dîner pour 2 au bar à vin-restaurant « Bouche à Oreille », à Maisons-Laffitte (à 10 minutes en voiture de chez moi). Toujours plus pratique que d’aller jusqu’à Paris un soir de semaine !

En arrivant, petit stress… situé à l’écart du centre ville, une rue pas franchement animée… et en entrant… ouh là, y’a personne… ce n’est jamais bon signe ! Et puis finalement, la clientèle est arrivée doucement jusqu’à 21h. Bon, le resto n’était pas plein, mais on était quand même une dizaine de clients. Ambiance plutôt conviviale (mais il manquait un poil de chauffage à mon goût !), musique très sympa (soft, jazzy, bar à vin quoi !). Public varié : dîners d’affaires ou romantiques !

Notre bon nous donnait droit à un verre de vin, et à une « planche du terroir complète » au choix : planche de charcuterie avec saucisse et frites, ou camembert entier rôti au four avec petite charcuterie et frites. Alors dit comme ça, je vous l’accorde, ça fait plus aire d’autoroute qu’autre chose… Eh bien détrompez-vous ! J’ai été surprise !

D’abord, lorsque le patron (enfin je crois !) a pris la commande, il nous a vendu à fond la saucisse. Il avait l’air fier de cette saucisse ! C’est bon signe ! Du coup, on décide de prendre une planche de chaque.Le patron nous apporte gentiment 1 verre de vin rouge différent à chacun. Bon, on est loin d’être experts, mais on a bien aimé les deux, même s’ils étaient un peu corsés. Dommage, on aurait aimé qu’il nous dise de quels vins il s’agissait ! Très mauvais point, d’autant plus pour un lieu qui s’auto-proclame « bar à vin » !

Côté planche-saucisse : de la rosette, du jambon cru, du pâté de campagne, la fameuse saucisse !, de la salade. Le tout de très bonne facture (sauf peut-être la rosette, un peu en-dessous du reste). Mais surtout… ce que le monsieur appelait des frites… sont de fabuleuses potatoes maison ! Alors, déjà, des frites maison, c’est quand même assez rare pour le souligner – on m’avait même déjà dit dans un restaurant : vous vous rendez compte, s’il fallait qu’on coupe nos patates nous-mêmes ! (ce à quoi j’avais eu envie de répondre : vous vous rendez compte, s’il fallait que les restaurants cuisinent eux-mêmes !) – ! Je disais donc, des pommes de terre coupées en petits quartiers, grillés à point, croustillants dehors, fondants dedans, et le tout ne dégoulinant pas de gras ! Bref, une merveille.

La planche-saucisse

Les fameuses potatoes !

Côté planche-camembert : de la rosette, du jambon cru (épais et sec comme j’aime), de la salade, les fameuses potatoes, et le camembert entier rôti. C’est du lourd ! Sincèrement, qui arrive à se farcir un camembert entier avec des potatoes et de la charcuterie ? OK, il faisait froid dehors, mais franchement, impossible de tout finir. C’est vraiment un plat gourmand, et en cas de déprime passagère, c’est le genre de truc qui vous remonte le moral en un rien de temps (les potatoes trempées dans le camembert… mmmh !). Le bémol des deux planches : la salade ! Trop de sauce, trop de vinaigre ! Avec des planches si copieuses, on a envie d’une bonne salade fraîche et légère pour compenser les calories ! Et puis, chers restaurateurs, arrêtez avec le quart de tomate posé sur la salade si la tomate en question est toute pâlotte, limite jaune !

La planche-camembert

Côté prix, une entrée ou un dessert coûte 7 € ; un plat (comme l’une des planches) 13.50 €. Le soir, il y a une formule à 23 € comprenant entrée, plat, et dessert. En revanche, je n’ai pas regardé les prix des vins, mais il semble (avis lus sur Internet) que les prix soient très élevés.

Pour résumer, pour un dîner sans prétention, un soir de semaine, quand on n’a pas envie de cuisiner, c’est plutôt sympa. Ce n’est pas un restaurant gastronomique mais un vrai bar à vin, dans l’esprit « cuisine familiale ». Après, ça vaut le coup si vous êtes du coin (pas de quoi non plus traverser tout Paris).

Le Bouche à Oreille – 51, rue de Paris 78600 Maisons-Laffitte – RER A Maisons-Laffitte – Tél. 01 34 93 03 34

Read Full Post »

Comme je l’avais déjà fait pour la critique du Coffee Parisien, j’aime laisser la parole à mes amis gourmets ! Ainsi, j’avais adoré publier l’article de mon amie auteure du blog Tribulations Féminines. Aujourd’hui, je donne la parole à mon ami Funky Bobby, amateur de bonne chère lui aussi, et d’origine bretonne. Il a profité d’une escapade près des siens pour découvrir une table qui a l’air de franchement valoir le coup !

Découverte 2011 !!!

Ma grand-mère, résidente d’Audierne, a entendu parler d’un restaurant très confidentiel mais d’excellente réputation.

Après un repérage avec ses amis locaux (occasion de croiser Vanessa Paradis qui était en tournage sur place…), elle a décidé de nous y emmener pour que l’on puisse partager, à notre tour, l’ambiance qui y règne…

Le restaurant n’a pas d’enseigne, maison de charme à l’ancienne et classée, la seule chose qui peut pousser à rentrer est la carte posée à l’extérieur… Carte très succincte et écrite à la main.

Pour pouvoir y dîner, il faut réserver ! Pas d’interlocuteur direct à part un répondeur à la voix gentille et à l’accent british… On vous rappelle le jour suivant pour confirmer l’heure et la disponibilité.

Après avoir poussé la porte on ne croit toujours pas qu’il s’agit d’un restaurant, on a l’impression d’entrer chez quelqu’un. Ambiance tamisée, presque une taverne…

Après le petit corridor, une salle à droite avec un âtre breton et une grande table presque médiévale et à gauche une autre salle plus petite qui donne sur la salle à manger… et la cuisine, l’antre de Jane, notre hôte.

L’ambiance tamisée du restaurant peut surprendre mais on s’y habitue très vite.

Dans la salle à manger, quelques tables rustiques sont éparpillées, pas de nappes et un chandelier par table.

Il ne peut pas y avoir plus de 20 personnes à la fois… ce qui renforce l’impression d’être chez quelqu’un.

Les convives présents semblent tous faire partie de la bourgeoisie locale, certains sont même très « BoBo » à mon goût !

Nous avons dîné sur la table centrale, ce qui nous a permis de tout observer…

Mon anecdote de la soirée c’est la petite table du fond :

A notre arrivée, elle était déjà occupée par un homme seul, il avait le look skipper étranger : lunettes de soleil autour du coup et marque de skieur sur les yeux, petit polo de bonne famille sur un jean faussement négligé et la final touch : les bateaux sans chaussettes…

On aurait dit que « L’auberge » était son port d’attache… Un bon dîner complet vite englouti et le voila parti (21h15).

A peine parti, notre skipper est remplacé par un autre…!!

Un peu plus bedonnant avec une jeune barbe poivre et sel. Marque de bronzage caractéristiques, polo manche longue et jean (faussement négligé aussi !!) et toujours les bateaux aux pieds…

Il faisait un peu moins skipper que le précédent mais c’est qu’il devait simplement être un matelot…

Trêve de descriptions, voici le menu proposée pour le mois d’août :

Entrées

Petit tartare de bœuf à la coriandre (tartare au couteau, une folie !! on retrouve les goûts du bœuf thaï mais version froide, un délice !!)

Ceviche de daurade à l’orange et fenouil

Beignet de fleurs de courgette

Maquereaux marinés (very good !!!)

Plats

Foie de veau aux figues (servi en pavé – assez rare pour le spécifier – et cuit rosé)

Pavé de lieu jaune aux tomates confites et cocos de Paimpol (mon plat, retour à l’ancienne et aux vrais goûts !! ça m’a rappelé « la Pêcherie » restaurant de poisson de mon enfance…)

Croustillant de joue de bœuf aux patates douces (une folie aussi !!), joue marinée et cuite dans l’eau puis braisée ensuite…

Filet de saint-pierre, crème de verveine

Dessert

Pêche Ferdinand (pêche pochée aux épices, crème fraîche)

Panacotta à la vanille et myrtilles fraîches (mon dessert, authentique !!)

Sorbet

Jane : La patronne

Anglaise d’origine, ancienne infirmière, cuisinière autodidacte

Elle abandonne les malades pour s’adonner à sa passion épaulée par son cuisinier de mari… (qui a dans sa famille un grand chef étoilé ayant su distiller ses connaissances auprès de Jane)

Après un bref passage à Paris (5 ans, quand même ! dans une brasserie…), ils ont décidé de revenir aux bords de mer et ont été séduits par le charme audiernais… Réussite totale après deux ans d’existence et le vent toujours en poupe !!

L’Auberge – 24, rue Guezno 29770 Audierne – Tél. 02 98 70 59 14 / 02 98 70 59 58 – Ouvert le soir du mercredi au dimanche

Read Full Post »

Ce restaurant est situé à Rueil-Malmaison, près de Paris.

Mon amoureux m’y a emmenée par surprise et je dois dire que l’arrivée est assez surprenante… Après avoir traversé une zone pavillonaire, vous arrivez devant un hôtel installé au coeur d’un parc. Autant vous dire que l’ambiance est au calme et à la quiétude.

A l’entrée, un grand parking est à disposition… et c’est toujours appréciable !

La cuisine proposée est française, se veut raffinée et inventive.

L’ambiance

Dans le restaurant, la décoration est sobre et chic, la lumière tamisée, et l’ambiance feutrée s’adapte à la fois aux dîners d’affaires et aux dîners romantiques.

La salle principale en arrière-plan, plus lumineuse

La terrasse est très agréable, surtout pour une soirée d’été. Lorsque j’y suis allée, elle était occupée par un groupe assez bruyant, c’est pourquoi nous avons privilégié la véranda, plus intime.

La terrasse

Les prix

3 menus sont proposés : deux menus 2 plats à 28 € et un menu 3 plats à 38 € (sachant que tous les menus comprennent de l’eau minérale et un café).

Les entrées oscillent entre 8 et 13 €, les plats entre 12 et 23 €, et les desserts entre 6 et 10 €.

Les plats en images

Excusez-moi par avance pour la piètre qualité des photos… lumière tamisée du restaurant oblige !

Pour l’apéritif, nous avons bu une coupe de champagne rosé, ma foi très bon et parfumé.

A table, du beurre, qui ne vaut pas Bordier, mais très bon quand même ! Et sans vouloir être pénible, je préfère le beurre présenté dans un petit plat, plutôt que d’avoir à le déballer (et par la même, s’en mettre partout !).

Mon ami a commencé avec les filets de rouget barbet (12 €). Très copieux pour une entrée (j’ai d’ailleurs rarement vu d’aussi gros filets de rouget !), et bon !

En entrée, j’ai choisi le tartare de gambas aux petits aromates (entrée des menus à 28 et 38 €, ou 10 € à la carte). C’est la première fois que je goûtais à des gambas crues (oui oui, encore grises !). Ce fut une très bonne expérience : un goût iodé raffiné, une tendreté en bouche. Mon regret ? Les intestins n’avaient pas été retirés… C’est selon moi indispensable lorsque l’on cuisine des crevettes ou des gambas. (spéciale cace-dédi à Michael !)

En tous cas, un bel esthétisme sur l’assiette !

En plat, mon ami a pris le château filet rôti, sauce poivre vert, servi avec une courgette ronde farcie parfumée à la cardamome (23 €). Je n’ai pas goûté à ce plat mais il semble qu’il était très bon ! J’ai aimé la présentation, un peu d’inspiration asiat’.

Quant à moi, j’ai choisi le filet de bar rôti, sauce fenouil et chocolat blanc, servi avec une purée de vitelottes (plat des menus à 28 et 38 €, ou 18 € à la carte)  : un dé-lice !!! Je recommande carrément ce savoureux plat, tout en finesse et en originalité ! J’aime découvrir de nouvelles alliances de saveurs qu’on n’aurait pas forcément cru judicieuses au départ et qui se révèlent exceptionnelles (comme fenouil-chocolat blanc) ! Le plat est en plus de cela fin et léger…

Enfin, pour le dessert, mon ami a jeté son dévolu sur le tiramisu à la mangue, tuile carambar (encore une sympathique association !) (10 €), un dessert très gourmand (avec sa grosse tranche de mangue plantée dans la crème), coloré, et riche en saveurs. Mention spéciale pour l’incroyable tuile de carambar, absolument exquise : craquante, légère, pas du tout écoeurante… bref, quand l’impossible devient possible ! 😀

De mon côté, la déception… J’ai commandé l’un de mes desserts favoris : le moelleux au chocolat (6 €) ! Le moelleux est arrivé pas cuit. Ou plutôt… pas décongelé… Heureusement que le service est attentif… la serveuse le voit et l’emporte en cuisine. Le moelleux revient… toujours pas top… c’est moelleux mais le coeur ne coule pas… Dommage !

Le vin

Nous avons accompagné notre repas d’un Givry Louis Latour.

Les Terrasses du Relais – 93, boulevard Franklin Roosevelt 92500 Rueil-Malmaison – Tél. 01 47 32 01 33 – contact@relaismalmaison.fr – Fermé le samedi midi

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :