Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Régionale’ Category

Le lendemain de La Ferme à Dédé, toujours à Grenoble (en week-end chez des potes, pour ceux qui n’ont pas suivi !), voilà-t’y-pas qu’on a encore envie de bouffe savoyarde (de vrais Parisiens qui n’ont toujours pas compris que Grenoble n’est pas en Savoie…) !

On dégote une adresse sur Internet : La Fondue, spécialisé, comme son nom l’indique dans… la fondue.

Très bien situé, dans le centre piéton de Grenoble.

On entre… on nous emmène dans la salle du fond (c’est grand !), et la déco, c’est un peu lourdaud, les ustensiles de ferme montagnarde au mur… en fait c’est comme à la Ferme à Dédé, sauf que ce n’est pas abouti… Quitte à rentrer dans le typique, faudrait y aller à fond ! Là, trois rateaux qui se battent en duel… pas top !

En entrée, il y a des salades et des tartines, entre 7 et 10 €. Pas indispensable avant une fondue, déjà bien consistante (et déjà assez chère).

Et à la carte des plats, donc… des fondues ! Mais aussi des raclettes, et ça me donne envie. Sauf que quand je vois la raclette arriver à la table de nos voisins… je déchante ! Une raclette de ménagère !!! Oui, vous avez bien entendu, la bonne raclette Tefal, ronde, avec les palettes individuelles… non mais pour qui nous prend-on ? Une raclette au restaurant, c’est une raclette à l’ancienne avec demi-fromage à faire fondre et à racler, ou ce n’est pas.

Donc, c’est réglé, je ne prends pas de raclette.

A côté des fondues et des raclettes, il y a aussi différentes variétés de tartiflettes et des tartares dans les 15 €.

Les fondues vont de 15 à 24 €. Pas donné ! Mais bon, le fromage, c’est un produit de luxe de nos jours ! Il y a même des fondues bourguignonnes. La fondue toute simple est à 15 €. Après, tout dépend des ingrédients complémentaires, mais le choix est assez large : oignons, lardons, champignons, charcuteries, bleu, poulet, etc.

Dans la liste des fondues, celle au bleu me fait de l’œil (moi et le bleu, une grande histoire d’amour). Mais il faut prendre une fondue pour 2 personnes. C’est-à-dire avoir envie de la même fondue que votre copain de tablée. Mouais… pas évident ! Heureusement, mon chéri et moi, on a tous les deux envie de viande. On hésite entre la fondue jambon cru, et la fondue viande de grisons. On opte finalement pour celle au jambon cru, après avoir bien vérifié auprès de la serveuse que le jambon n’est pas servi dans le caquelon !! Ouf, c’est bien une assiette séparée de charcuterie.

On commande aussi du vin rouge, un pichet.

Le vin arrive. Dégueulasse. Bouchonné, tourné, je ne sais pas, mais pas bon. On le renvoie. La serveuse nous le remplace avec le sourire. Pas beaucoup mieux. Bon, on fait avec.

Le pain arrive. Bof. Pas mauvais, mais du pain décongelé. Franchement, je ne sais pas si vous pensez comme moi, mais quand c’est le 2ème élément principal d’un plat (après le fromage en l’occurrence), le minimum, c’est que ce soit du pain frais, de la bonne baguette tradition. C’est comme manger des moules-frites avec des frites surgelées : pas cool !

Heureusement, le fromage, lui est bon. La fondue est bonne, onctueuse, un peu grasse comme on aime. Un régal régressif !

En revanche, le jambon n’est pas sensass… J’ai préféré la viande de grisons que nos potes avaient pris (quand j’vous dis que je choisis jamais le bon plat !). Mais dans les deux cas, de la charcutaille sortie tout droit de son plastique (et ça se voit !).

En dessert, on décide de prendre une fondue de chocolat aux fruits et chamallows. Le kiff !!! Je l’ai dévorée !! Bananes, fraises, bonbons… à tremper dans du chocolat noir fondu : what else ?

Au final, la note est quand même assez salée ! Un peu cher pour un p’tit resto de cet acabit. Sympa pour une bouffe entre potes, pour une envie irrépressible de fromage… mais vraiment loin d’être ouf.

La Fondue – 5, rue Brocherie 38000 Grenoble – Tél. 04 76 15 20 72

Publicités

Read Full Post »

Je suis partie passer un week-end à Grenoble chez des potes, il y a quelques semaines. Encore une belle occasion de tester de nouveaux resto et des spécialités locales ! Bon, ça c’est ce que je me disais avant d’y aller. Maintenant que je suis rentrée, je retire la partie sur les spécialités locales. En fait, à part les noix, les ravioles du Dauphiné, et le bleu, y’en a pas vraiment… Bon, c’est déjà pas mal me direz-vous !

Bref, j’ai testé La Ferme à Dédé. Un exploit, quand on sait que c’est l’une des fautes de français qui m’est le plus insupportable ! Autour de moi, les gens le savent, faut pas dire « à quelqu’un », parce qu’à coup sûr, je me transforme en maîtresse d’école !

J’avais trouvé ce resto sur Internet. L’idée était de trouver un endroit pas trop cher, convivial, et un peu rustique (parce qu’en bonne Parisienne, quand je vais en province, j’ai envie de manger « rustique »).

L’endroit est pas mal placé, dans le centre de Grenoble. Un vendredi soir, sachez-le, c’est blindé. Nous n’avions pu réserver que pour 22h, c’est pour dire !

Il y a une terrasse, sympa quand on supporte mal la chaleur (à l’intérieur, c’est un four). Avec des grandes tables, des bancs en bois et des nappes rouges à carreaux.

A l’intérieur, une énorme charrette fait office de bar. Au mur, des ustensiles de la ferme, et un décor total-Savoie. On aime ou on aime pas (encore une fois, une Parisienne en province aime le décor total-Savoie).

La carte est large et bien fournie : tartiflettes, raclette, fondue, côte de bœuf, gratin de ravioles, poisson, salades… il y en a pour tous les goûts.

Mon chéri et mon pote ont opté pour la côte de bœuf à partager (de vrais mecs !) servie avec un gratin dauphinois et de la salade.

Moi, j’ai pris une tartiflette, servie avec de la salade. Et ma copine a pris le gratin de ravioles aux écrevisses.

Comme souvent, ce que j’ai pris était le moins bon ! J’ai la guigne avec les resto, ou alors je ne sais pas faire les bons choix…!

La côte de bœuf, découpée par la serveuse, était excellente. Fondante, savoureuse, imposante.La tartiflette était bonne, mais les morceaux de lard étaient trop gros. Un peu écœurant au final (bon, c’est le propre de la tartiflette, non ?). Et servie avec une assiette de charcuterie en plus ! Vous l’aurez compris : les portions sont loin d’être radines !

Mention spéciale pour le gratin de ravioles. Je l’avoue : quand ma copine a pris ça, j’ai trouvé ça super bizarre. Franchement, des écrevisses dans un resto savoyard… ben finalement, elle avait bien raison parce que c’était fin, et gourmand à la fois. Pas mal et original !

En dessert, nous avons tous pris des coupes de glace : marron, pain d’épices, pêche, vanille… sympas, leurs parfums ! Elles étaient bonnes et bien servies (avec un Petit Beurre) ! Big up à notre serveuse : elle s’était trompée dans l’un de mes parfums de glace, et pour se faire pardonner, après avoir corrigé son erreur, m’a ramené une quantité totalement indécente de chantilly !Côté prix, il faut compter moins de 10 € pour une entrée, entre 12 et 19 € pour un plat, environ 5 € le dessert.

Pour résumer, c’est un resto convivial, très chaleureux, sympa, pour les envies irrésistibles de calories ! Après, pas de quoi se lever la nuit, mais c’est une bonne adresse pour une bouffe entre potes ! Oubliez pour un rendez-vous amoureux… c’est trop bruyant !

La Ferme à Dédé – 24, Rue Barnave 38000 Grenoble – Tél. 04 76 54 00 33

Read Full Post »

Comme vous le savez si vous êtes fidèles au Nem, j’aime laisser occasionnellement la parole à mes amis gourmets ! Après l’auteur de Tribulations Féminines et son article sur le Coffee Parisien, puis Funky Bobby et son article sur l’Auberge, voici Aurélio et sa critique de l’Auberge du Mérou, près de Marseille ! Bonne lecture…

Au sortir d’un mois de février vigoureux, des petites vacances s’imposaient au soleil, cette fois-ci direction la Provence. Je n’aime pas particulièrement Marseille mais je dois dire que ces calanques alentours valent le détour et pas que pour le paysage absolument prodigieux. Au détour de routes sinueuses ou de gares de train rocailleuses on a l’agréable surprise de trouver des petits villages bien sympathiques.
Avec un ami, nous avons fait une halte à la calanque de Niolon entre Carry-le-Rouet et Marseille, à l’Auberge du Mérou (gare de Niolon train direction Miramas au départ de Marseille st Charles) , qui dispose d’une vue imprenable sur la rade de Marseille (grand bassin naturel disposant d’une entrée libre vers la mer).En plus du dîner nous avons pris une chambre sur place. Le restaurant se trouve un peu surélevé et les chambres au niveau du petit chemin face à la mer.Cette auberge m’a été conseillée par un ami qui connaît bien la Provence et qui nous a dit qu’ils y servaient l’une des meilleures bouillabaisse de la région (tant qu’à faire autant manger une spécialité locale). En toute sincérité nous avons pas été déçus.La bouillabaisse (de l’occitan provençal « bolhabaissa », de bolh « il bout » et abaissa « il abaisse », en parlant du feu) est un plat traditionnel marseillais de poisson originaire de la Grèce antique. Il se compose d’une soupe de poissons que l’on mange avec des croûtons de pains souvent aillés et tartinés de rouille, de poissons servis entiers et de pommes de terre.
La bouillabaisse est servie comme suit : une petite soupe de poisson de roche (la lotte) qu’on a envie d’engloutir tellement elle est bonne mais le serveur vous met en garde de pas tout prendre car ce qui suit est copieux. La soupe est généralement accompagnée de rouille (une sauce provençale épicée) avec des tartines frotté d’ail.
Ensuite le serveur vous amène les poissons entiers : la rascasse, la vive, le saint-pierre,
le congre, la galinette, le rouget et la daurade royale selon l’arrivage. La principale caractéristique de la bouillabaisse est de servir des poissons frais. Je vous recommande d’ailleurs de réserver votre bouillabaisse au moins 24h à l’avance.
Pour ce qui est du plat à part la dorade royale ce fut une première pour moi pour tous les autres poissons cités, j’ai d’ailleurs une nette préférence pour le saint-pierre.
On a accompagné le tout d’un vin blanc « Château de Fontcreuse » : attaque fruitée et voluptueuse en bouche, l’équilibre est savoureux et se marie parfaitement à la bouillabaisse.
Nous avons terminé ce repas par un dessert « Mi-cuit chocolat cœur de marron crème de confiture de lait ». Moi, je raffole de la crème de marron, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
Dans l’ensemble donc : excellente impression, plats et dessert excellents même si j’ai regretté l’absence d’anecdotes sur les poissons en question. Petit bémol le lendemain
matin, ne pas nous faire asseoir pour profiter de la vue au petit déjeuner est bien dommage. Il faut être réaliste, la bouillabaisse est un plat gastronomique, et en dessous de 50 €, ce n’en est pas une digne de ce nom, sachant la qualité des poissons qui la composent.


Auberge du Mérou
– 3, chemin du Port 13740 Le Rove (Calanque de Niolon) – Tél. 04 91 46 98 69

Read Full Post »


Le restaurant Arnold est situé au cœur du vignoble d’Itterswiller en Alsace.

Itterswiller

Cette winstub alsacienne (littéralement « pièce à vin » – nom que l’on donne aux petits restos alsaciens à l’ambiance chaleureuse et intime) a obtenu un Bib Gourmand en 2011, récompensant les « bonnes petites tables » françaises où le repas coûte moins de 29 €. L’établissement est installé dans une belle maison alsacienne traditionnelle.


L’ambiance


A l’intérieur, l’ambiance est décontractée et très chaleureuse. Il arrive régulièrement qu’une grande tablée d’amis se mette à chanter à tue-tête ! La salle du fond, avec sa grande cheminée, est la plus agréable !

Les prix

La carte propose une cuisine française généreuse et gourmande, dont quelques spécialités alsaciennes (foie gras d’oie, filet de bœuf à la strasbourgeoise, filet de sandre au riesling, choucroute, baeckoffe, etc.).


En semaine, le déjeuner 3 plats coûte 19,80 €. Le week-end, vous pouvez opter pour le menu gourmand à 30,50€ (que je vous recommande vivement), le menu découverte 4 plats à 49 €, ou le menu découverte 5 plats à 59 €. A la carte, les entrées oscillent entre 14 et 27 €, les plats entre 16 et 26 €, et les desserts entre 5 et 10 €.

Les plats en images

La dernière fois que j’y ai dîné, j’ai opté pour le menu gourmand, qui propose une palette d’entrées, un plat au choix, et une palette de desserts ! Ca a beaucoup plu à l’adepte des « bouchées » et autres mignardises que je suis !

En guise d’apéritif, des mini quiches façon flammekueche sont servies (base de crème aux lardons). Très bon mais peut-être un peu lourd pour une mise en bouche.


Sur la palette des entrées : un velouté d’oseille, un croustillant de chèvre chaud à la tomate confite, un pilon de poulet, une salade de fruits de mer, un magret de canard sur lit d’allumettes de pommes, un tranche de presskopf (pâté de tête), et un toast de foie gras au confit d’oignons.

C’est une entrée très gourmande, qui permet de satisfaire toutes les envies puisqu’elle regroupe de la viande, des légumes, des abats, du fromage, et des fruits de mer ! J’ai beaucoup aimé, mais attention, ça cale !

En plat, vous pouvez choisir un filet de lieu jaune à la normande ou un blanc de poulet et sa sauce aux truffes.

Le blanc de poulet, sauce aux truffes, servi avec des petits légumes

Les pâtes fraîches services avec le poulet (on a regretté que cela ne soit pas des spätzle, les pâtes traditionnelles alsaciennes...)

Le filet de lieu jaune à la normande

Le riz servi avec le lieu

J’ai adoré les desserts ! Enfin un restaurant qui ne nous oblige pas à choisir entre gâteau, chocolat, fruits, et glace…! 😉

Au programme : fromage blanc aux fruits rouges, mini baba au rhum (très « rhumé » !!), sucette de glace au fruit de la passion enrobée de chocolat (une tuerie !), salade de fruits, crème brûlée à la framboise, tartelette à la pistache, et mousse au chocolat (parfaite !).

Avec le café, des cannelés et de petits sablés sont servis. Bons, sans plus ! De toutes façons, je n’avais vraiment plus faim…!

Le vin

Pour accompagner notre repas, nous avons opté pour un pinot gris.


L’addition

Et last but not least, la note ! 38,50 € par personne, ce n’est pas donné, mais franchement, on en a pour son argent… C’est bon et copieux !


Si vous y allez pour le déjeuner, ne manquez pas la boutique (en face du restaurant), où on trouve des tas de jolies choses pour la maison.

Arnold – 98, route des Vins 67140 Itterswiller – Tél. 03 88 85 50 58 – arnold-hotel@wanadoo.fr

Read Full Post »

Gilg est un charmant restaurant situé dans un petit village alsacien : Mittelbergheim.

Mittelbergheim

Il est installé dans un maison de style rhénan construite en 1614. La maison est tenue par une famille, et le gendre, le chef Vincent Reuschle, est aux commandes de la cuisine.

J’aime cet endroit pour son ambiance typique et traditionnelle alsacienne. Les plats sont gourmands et roboratifs, à la fois traditionnels et inventifs.

Premier atout en arrivant : un parking privé !

La dernière fois que j’y ai dîné, c’était peu avant Noël, avec la famille et des amis. Et pour les rares d’entre vous qui ne connaissent pas l’Alsace à cette période, je le dis : c’est magique.


On est tout de suite dans l'ambiance des fêtes !

La salle du restaurant est assez vaste. La décoration est traditionnelle et chaleureuse.En guise d’amuse-bouches, des mini-flammekueche sont servies. Pour les non-initiés, il s’agit de tartes flambées : une sorte de pâte à pain recouverte de crème, de lardons et d’oignon émincé.Trois menus sont proposés : deux menus 3 plats à 29 et 48 €, et un menu 6 plats à 68 € (uniquement servi pour la table entière). A la carte, il faut compter environ 20 € l’entrée, entre 20 et 30 € le plat, et environ 10 € le dessert.

Les croustillants de langoustines sur julienne de concombre, petite salade au vinaigre balsamique, sauce soja et éclats de poivrons rouges (25 €)

Les langoustines sont généreusement servies dans une enveloppe de brick. L’ensemble est très copieux et riche en saveurs.

L’éventail de saumon mariné à l’huile d’olive et à l’aneth, rouelles de pommes de terre et truffes, sauce moutarde à l’ancienne (20 €)

Le saumon est excellent ! Et bien servi également…

Le feuilleté chaud du vigneron (entrée du menu à 29 € ou 7,90 € à la carte)

Eh non ! Il ne s’agit pas d’un plat mais bien d’une entrée ! C’est une sorte de tourte, un peu trop copieuse à mon goût ! Et entre la pâte feuilletée et la farce à la viande, mieux vaut avoir un gros appétit ! En revanche, excellent rapport qualité-prix…

La côte de veau juste rôtie accompagnée d’un gratin de macaronis au foie gras (pour 2 personnes) (54 €)

La côte de veau arrive nichée dans son plat en cuivre, avec quelques légumes cuits à point. La viande est coupée et servie dans votre assiette. Elle est bien cuite et tendre à souhait. Le gratin de macaronis au foie gras, malgré un aspect peu ragoutant au premier abord, est un délice !

Le filet de pintade et foie poêlé servis en raviole ouverte et petits légumes en bouillon (22 €)

C’est le plat que j’ai choisi ! J’adore la pintade et le foie poêlé, qui se marient à merveille. J’ai été un peu déçue que la raviole ne soit en fait que deux ronds de pâte superposés, mais ce plat m’a beaucoup plu. Encore un plat très généreux (regardez plutôt la belle tranche de foie !) !

Le filet de turbot aux moules sur fondue de poireaux (plat du menu à 29 €)

Je ne commenterai pas les plats de poisson, que je n’ai pas goûtés.

Le bar rôti croustillant sur un lit de risotto aux champignons, duo de coulis aux herbes (28 €)

Le filet de saint-pierre et homard parfumé au gingembre sur lit de penne rigate au safran et pointes d’asperges vertes (30 €)

Après les plats, des petits gâteaux de Noël nous ont été apportés (les fameux bredele alsaciens).

Le vacherin glacé et son coulis de fruits rouge (dessert du menu à 29 € ou 10 € à la carte)

C’est un dessert que j’adore, presque toujours présent à la carte des restaurants en Alsace. Il réunit tout ce que j’aime dans un dessert : la chantilly, la meringue et la glace à la vanille !

Le cyrano glacé au croquant, sauce caramel (10 €)

Je n’ai pas goûté ce dessert mais il s’agit de la spécialité de la maison !

Le savarin arrosé aux kirsch et ses fruits (10 €)

Je n’ai pas non plus goûté ce dessert.

En bref, un restaurant sympathique et chaleureux qui fait honneur à la gastronomie alsacienne, tout en la ponctuant de touches inventives !

Gilg – 1, route du Vin 67140 Mittelbergheim – Tél. 03 88 08 91 37 – info@hotel-gilg.com – Ouvert du jeudi au lundi inclus

Read Full Post »

La Choucrouterie est un restaurant-théâtre situé à Strasbourg, appartenant à Roger Siffer, acteur, humoriste, et chanteur alsacien. Ce personnage, né en 1948, est unique et manie l’humour avec la même aisance en français qu’en alsacien !

C’est un lieu unique en son genre, à l’image du patron (digne héritier de Germain Muller et de son célèbre cabaret strasbourgeois des années 50, le Barabli) ! En effet, les spectacles y sont joués simultanément en alsacien et en français ! Le public est divisé en 2 salles et les comédiens passent de l’une à l’autre, pour jouer le même spectacle à 1/4h d’écart, en français pour la première salle, en alsacien pour la seconde… autant dire un vrai tour de force linguistique !

Le chaleureux restaurant est adjacent au théâtre. On y déguste des spécialités alsaciennes telles qu’une grande variété de choucroutes (notamment la choucroute rouge à base de chou rouge) et des plats de dampfnüdle (petits pains à la vapeur), que vous trouverez rarement à la carte d’un restaurant. La plupart des produits sont issus de petites fermes du Val de Villé (« la plus belle des vallées ») dont est originaire le patron.

La décoration est chaleureuse et totalement imprégnée de l’humour alsacien, avec des portraits d’alsaciennes dans des positions plus ou moins politiquement correctes, dessinées par Tomi Ungerer ! L’humour va jusque dans l’assiette !

Mes recommandations :

Le foie gras de canard maison, parfaitement assaisonné et servi avec une originale compotée d’oignons (parfumée au Maggi).

La choucroute, respectant la tradition alsacienne. Copieuse, avec un excellent chou, dommage, un peu trop de viande par rapport à la quantité de choux servie.

La bouchée à la reine, un véritable délice ! La crème est très parfumée et riche.

Le bibeleskäs, le traditionnel, le vrai !! C’est un fromage frais avec du munster et des pommes sautées (tout simplement excellentes ici), le tout servi avec ail, oignon, ciboulette et persil.

Les joues de porc caramélisées au miel, servies avec d’exquises spätzle (pâtes aux oeufs alsaciennes, pour ceux qui ne suivent pas !).

Côté desserts, je n’ai rien goûté qui m’ait complètement enchantée et que je puisse vraiment recommander.

Il faut compter entre 25 et 30 € par personne pour une entrée, un plat et un dessert.

Consulter la carte complète

La CHOUC’routerie – 20, rue Saint-Louis – 67000 Strasbourg – Tél. 03 88 36 52 87 – restaurant@choucrouterie.com

Read Full Post »

Aujourd’hui, je vais vous présenter un restaurant de fruits de mer et de poissons situé à Hyères, dans le Var, ma ville de coeur. Mon papa n’est pas seulement d’origine alsacienne mais aussi d’origine varoise. C’est une ville où je vais tous les ans depuis toujours, où vivent mon oncle et ma grand-mère paternels, et… que j’aime beaucoup. Ce restaurant a une importance particulière à mes yeux car j’ai l’habitude d’y aller en famille depuis de nombreuses années, et je garde le souvenir ému de moments passés là-bas avec ma grand-mère.


Les Plaisanciers jouit d’une excellente situation, dans le quartier de l’Ayguade, en bordure directe d’un charmant port de plaisance. Le lieu est calme à souhait. On entend le bruit des bateaux qui cognent les uns contre les autres, le bruit de l’eau, et c’est tout. Un véritable atout en comparaison du centre de l’Ayguade, très animé et bruyant.

Le port adjacent au restaurant

Le restaurant possède une grande salle principale et une grande terrasse sur le port. La décoration est assez minimaliste et simple : chaises en bois à l’intérieur, en plastique à l’extérieur, rideaux blancs, nappes fleuries.

La terrasse située directement sur le port

La salle du restaurant

En ce qui concerne le service, c’est très aléatoire… autant Emile est notre « serveur chouchou », souriant, aimable, et très efficace… autant la serveuse actuelle est froide et maladroite…

La spécialité de la maison est bien sûr la bouillabaisse, plat traditionnel marseillais composé de soupe de poissons, de croûtons accompagnés de rouille et de gruyère râpé, de poissons entiers, et de pommes de terre au safran. Elle y est exquise. Il faut la commander le matin avant 10h et vous dégusterez la pêche du jour. Selon la tradition, on tartine les croûtons de rouille, on les coiffe d’un peu de gruyère râpé, puis on les déposer dans la soupe de poissons. Un délice !

La soupe de poissons

Les croûtons avec leur rouille et leur emmental râpé

Le superbe plat de poissons, de fruits de mer, et de pommes de terre au safran

Aux Plaisanciers, la bouillabaisse coûte 45 € par personne et doit être commandée pour 2 personnes minimum. Ce prix est tout à fait raisonnable car la soupe et les croûtons font office d’entrée, les poissons et les pommes de terre sont particulièrement bien servis (et les poissons, ça coûte cher !), et le dessert est compris (même si ce n’est pas indiqué sur la carte) !

Des menus sont également proposés, à des prix plus accessibles (autour des 20 €), et comprenant entrée, plat et dessert. Vous pourrez trouver à la carte de nombreux poissons frais, ainsi que des plats de moules (excellentes) et de fruits de mer. La carte des vins n’est pas très large mais propose les fameux vins produits par le Domaine de l’Île de Porquerolles ! Mention spéciale pour le blanc, aux parfums de miel, d’agrumes et de fleurs blanches.

En dessert, goûtez le soufflé glacé au marc de Provence, qui est délicieux et assure une bonne digestion !!

Le soufflé glacé au marc de Provence

Les Plaisanciers – Avenue des Sirènes – 83400 Hyères – Tél. 04 94 66 34 77

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :