Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘boeuf’

Un resto tenu par le meilleur ami du cousin de mon chéri (vous suivez ?), situé à 10 minutes en voiture de chez nous, un coupon promotionnel d’achat groupé sur Internet… Il n’en fallait pas plus pour que nous testions l’adresse ! Alors bien sûr, il n’est jamais évident d’écrire sur un lieu dont le chef est un ami de la famille… Je vais quand même tenter de rester objective ! 🙂

Marly-le-Roi est une petite ville située à quelques minutes de Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines. Je n’y étais jamais allée avant cette soirée et j’ai été très agréablement surprise : j’ai adoré le centre ville, absolument craquant !! Un véritable village de poupée…

En arrivant, nous sommes accueillis par la femme du chef. Le lieu est chaleureux, la lumière est légèrement tamisée, et la déco est plutôt moderne, féminine et épurée. J’ai beaucoup aimé l’ambiance ! La maîtresse de maison est très sympathique, ça change de l’accueil parfois très froid de certains restaurants…

La carte propose une cuisine française traditionnelle, et quelques plats internationaux.

Au rayon des entrées : terrine de poisson, salade, chèvre rôti, et d’autres basiques de la cuisine française ; et une déclinaison d’œufs cocotte  (l’un de mes mets favoris !) – classique / gorgonzola / épinard-chèvre / foie gras / saumon fumé. Le prix des entrées oscille entre 6,50 et 9,50 €.

Pour les plats, vous avez un large choix ! Burgers, risottos, magret de canard, pièces de bœuf, cabillaud, saumon… il y en a pour tous les goûts. Compter entre 15 et 21 €. Tout donne envie, les intitulés sont appétissants. Je tique un poil sur le supplément « écrevisses décortiquées » des écrevisses à la provençale et leur risotto au curry (+ 2 € pour les avoir décortiquées). Pour moi, c’est au chef de faire le choix de les servir décortiquées ou non. Parce que si on commence comme ça, alors on peut proposer en option les frites avec ou sans peau, le poulet avec ou sans os, etc. Mais ce n’est que mon avis ! Mes copains de table, eux, ont trouvé ça très bien de laisser le choix au client.

Sur l’ardoise des desserts, des grands classiques, tous à 6,50 € : panacottas, tiramisu, moelleux aux marrons, tarte aux fruits, crumble.

En entrée, la mère de mon copain a opté pour la caponatta d’aubergines !  La caponatta est une espèce de ratatouille italienne. Une jolie entrée pleine de fraîcheur !

Mon copain, lui, a choisi la terrine de poisson. Je n’aurais jamais pris ça au restaurant ! Pour moi, c’est un plat de maison, allez savoir pourquoi… Finalement, c’était plutôt bon, et très frais ! Elle était servie avec de la salade et une petite sauce.

Et… comme vous le savez si vous lisez régulièrement mon blog, je choisis toujours les plats qu’il ne faut pas ! En entrée, j’ai pris l’œuf cocotte, parce que c’est l’un de mes plats préférés, mais aussi parce que je suis une experte de cette entrée que je fais chez moi au moins une fois par semaine… Malheureusement, grosse déception ! Normalement, l’œuf cocotte se prépare avec des œufs, éventuellement quelques ingrédients complémentaires, et un petit peu de crème ! Là, l’œuf baignait littéralement dans la crème… C’était presque une soupe de crème ! Très décevant donc, puisque très gras et peu savoureux…

Pour le plat, ma belle-mère a opté pour le magret de canard au miel, et le fils d’un ami le burger ! Je n’ai pas goûté ces plats. Le bon point : des frites maison !

Mon amoureux a opté pour la pièce de bœuf. Belle qualité de viande, mais beurre maître d’hôtel bien trop salé ! Dommage…

J’ai pris « les fameuses gambas à la provençale et son risotto crémeux au curry » (on notera la petite faute de grammaire…). Grosse déception ! Le plat était beaucoup trop salé !! Et le risotto était surdosé en fromage râpé (de l’emmental selon moi)… Non seulement le fromage et le curry ne font pas toujours bon ménage, mais surtout l’ensemble était très écœurant. Dommage, car l’intitulé du plat m’avait faite rêver !

Pour ce qui est des desserts, nous avons choisi le tiramisu, le duo de panacottas, et le moelleux aux marrons. Mention spéciale pour le moelleux, justement… très moelleux ! Digeste et pas trop sucré !

En résumé, un petit restaurant situé dans une agréable petite ville des Yvelines, un jeune couple agréable et souriant, et une cuisine familiale qui pourrait être un peu plus raffinée et légère… mais je suis sûre que cette adresse est prometteuse !

L’Ardoise – 18, Grande Rue 78160 Marly-le-Roi – Tél. 01 39 58 57 06

Publicités

Read Full Post »

Ce restaurant de cuisine française traditionnelle, j’y suis allée pour la première fois pour un déjeuner avec des collègues de bureau. J’avais beaucoup aimé donc j’y suis retournée pour un dîner en amoureux.

C’est une brasserie chic, située en plein centre de Saint-Germain-en-Laye, à 3 mètres de la sortie du RER, en face du Château.

La décoration années 30 est sobre et élégante. Le lieu est très fréquenté pour les déjeuners d’affaires. Le soir, la clientèle est plutôt âgée… normal, le lieu n’est pas franchement « branché », mais plutôt classe et chic. On y trouve également quelques amoureux à la recherche d’un restaurant un peu romantique !Les prix sont assez élevés à la carte, donc nous avons choisi le menu (le seul et unique) à 29 €. Ce menu comprend entrée, plat et dessert au choix.

En entrée, mon ami a pris les gambas marinées avec leur guacamole. Le guacamole était vraiment délicieux, citronné et parfumé à souhait. Une petite déception cependant, car les gambas étaient toutes petites (n’était-ce pas plutôt de simples crevettes ?), et il ne s’agissait pas véritablement de « marinade » comme nous l’imaginions puisque les « gambas » étaient simplement plongées dans le guacamole.

J’ai choisi les 6 huîtres : un bonheur !! Je suis une grande amatrice d’huîtres, et cela faisait une éternité (seulement quelques mois en réalité) que je n’en avais pas mangé… j’ai donc sauté sur l’occasion ! Elles sont servies sur un plat surélevé (j’adore, ça fait chic !), avec citron, pain, beurre, et le fameux vinaigre aux échalotes. Bref, un classique de la gastronomie française. Je me suis régalée, les huîtres étaient bien charnues et iodées.On a vu passer un immense plateau de fruits de mer pour une table voisine… je vous le conseille : il est splendide !

En plat, mon ami a choisi la pièce de bœuf, servie avec des frites et une sauce béarnaise. La viande était savoureuse. Grosse déception sur les frites, qui n’étaient pas maison (quel scandale, dans un restaurant de cette gamme ! – même au Bouche à Oreille, elles sont faites maison !).

J’ai choisi le foie de veau au vinaigre de framboises, et sa purée. Encore un plat que je n’avais pas mangé depuis belle lurette (vraiment, cette fois !). C’est un plat qui me rappelle des souvenirs d’enfance, quand j’en mangeais chez mes parents. Le foie était cuit parfaitement (« bien cuit » selon mon souhait), acidulé comme il faut.

En dessert, nous avons tous les deux opté pour la panna cotta à la cassonade façon crème brûlée. Le ramequin est énorme (sur la photo ci-dessous, la cuillère est une cuillère à soupe…) ! C’était très parfumé et bon, mais franchement trop copieux… même mon ami n’a pas fini (et pourtant, il a de l’appétit !). Et puis la panna cotta, c’est un peu écœurant au bout d’un moment.

Le menu est, je trouve, d’un bon rapport qualité-prix, car il propose des produits haut de gamme, comme les huîtres ou la pièce de bœuf, cuisinés de manière traditionnelle. Les plats sont très généreux, donc on y mange à sa faim.

Il n’est pas obligatoire de réserver pour un dîner en semaine, en revanche, pensez-y si vous y allez le week-end, et d’autant plus pour un déjeuner en semaine. Demandez une table avec vue sur le château !

La Brasserie du Théâtre – Place Charles-de-Gaulle 78100 Saint-Germain-en-Laye – RER A Saint-Germain-en-Laye – Tél. 01 30 61 28 00

Read Full Post »

J’ai la chance, grâce à mon job dans l’événementiel, d’être parfois invitée dans de beaux hôtels ou de grands restaurants ! C’est donc avec joie que j’ai pu déjeuner au Benkay, où un prestataire m’a généreusement invitée il y a quelques jours. Le Benkay, cité dans le Guide Michelin 2010 et le Gault Millau 2010, et dont on dit qu’il est le meilleur restaurant japonais de la capitale… j’allais enfin pouvoir trancher par moi-même !

Le nom du restaurant est inspiré du nom d’un héros de la littérature japonaise, Benkei, connu pour sa force et sa loyauté. Trois chefs officient dans ce lieu : le chef Ando pour le washoku (plats traditionnels japonais), le chef Karasuyama pour les sushis et sashimis (spécialités de poisson cru), et le chef Kimura, maître du teppanyaki (cuisine sur plaque chauffante).

Comme j’y suis allée pour le boulot, je n’ai pas pu prendre de photos, c’est pourquoi les photos que je vais intégrer à mon article ne sont pas de moi ! Cependant, je mets un point d’honneur à mettre uniquement celles qui reflètent vraiment la réalité.

Le Benkay est situé dans l’hôtel Novotel Paris Tour Eiffel, sur les quais, en face de la Maison de la Radio. L’accès est assez facile et la situation peut donner lieu à une jolie balade vers la Tour Eiffel ou une visite du Musée du Quai Branly.

Après être rentré dans le lobby de l’hôtel, vous prendrez l’ascenseur jusqu’au 4ème étage. A la sortie de l’ascenseur, le dépaysement commence ! La décoration est traditionnelle, sobre et élégante, l’ambiance détendue et calme. Dans l’entrée, des vitrines remplies de vaisselle et d’objets d’art japonais vous accueillent.


Le restaurant est composé de deux espaces : l’espace « washoku », un espace de restaurant traditionnel où l’on vous apporte vos plats à table, et l’espace « plaques chauffantes » (teppanyaki pour les initiés), où vous vous installez devant les plaques, en face des cuisiniers qui préparent vos plats devant vous.

Le bar à sushis dans l'entrée

L'espace "Washoku"

J’ai déjeuné dans le second espace, un peu plus festif et typique.

L'espace "Teppan"

Mon conseil : demandez la place de Jacques Chirac (un habitué du Benkay) ! Située dans le fond de la salle, elle est un peu à l’écart, permet d’observer l’ensemble du restaurant, et offre une belle vue sur la Maison de la Radio. Sinon, demandez au moins une table près de la baie vitrée.

Vous aurez sûrement l’occasion d’y croiser des « célébrités », en tous cas des gens de la télé, puisque de nombreux animateurs travaillant à la Maison de la Radio en ont fait leur cantine.
Quand vous vous installerez, ne soyez pas surpris d’être revêtu d’un « bavoir » en coton blanc par le serveur ! Cela peut être bien utile par la suite lorsque le chef fait sauter les aliments sur les plaques ! En revanche, je vous conseille d’aller aux toilettes avant pour éviter de devoir traverser tout le restaurant avec votre bavoir… 😀

J’ai été un peu déçue par les baguettes jetables… dans un restaurant de renom tel que celui-là, je m’attendais au moins à avoir de véritables baguettes. Pour info, le restaurant propose également des baguettes de débutants, deux baguettes reliées par un élastique .

Il faut savoir que les menus du déjeuner en semaine sont particulièrement intéressants : 30 ou 50 € le menu 3 plats contre 90, 117 ou 150 € le menu le soir. A la carte, il faut compter environ 90 € le repas : les prix commencent à 20 € pour les entrées, à 43 € pour les plats, et à 10 € pour les desserts.

En entrée, j’ai pris les langoustines grillées. Elles sont cuites par le chef sur les plaques chauffantes, puis servies sur une petite salade de jeunes pousses, et arrosées d’une vinaigrette aux saveurs asiatiques : un délice ! La cuisson est belle à voir, notamment grâce à l’astuce du chef qui consiste à faire cuire les langoustines sous une cloche. Je suis déjà fan de langoustines mais là, je dois dire que je me suis plus que régalée ! La sauce est exquise, les langoustines sont excellentes, et la salade apporte la touche de fraîcheur et de légèreté que l’on apprécie dans une entrée. En fait, c’est une très bonne mise en jambe pour la suite du repas ! Petit bémol : pas évident de décortiquer des langoustines avec des baguettes (je n’ose pas imaginer le topo pour ceux qui ont déjà du mal à manier ces dernières !).

En plat, j’ai pris le bœuf. Normalement, il est servi avec des pousses de soja sautées et du riz.

La cuisson des pousses de soja

Étant allergique aux pousses de soja, le chef les a très gentiment remplacées par des légumes grillés… Rien à dire, le bœuf est cuit pile poil comme demandé, et la viande est particulièrement tendre. Pas étonnant chez des Japonais, les experts du Wagyu, le fameux bœuf de Kobé (viande célèbre pour son incroyable persillé, et aussi pour les soins qui lui sont prodigués – massages, musique classique, et boisson à base de bière) ! Je vous conseillerais de simuler l’allergie au soja si vous aussi vous voulez goûter aux légumes grillés qui sont vraiment très bons, grillés à point et encore un peu croquants. Le bœuf est servi avec de l’ail frit (j’adore ! mais uniquement si vous n’avez pas de rendez-vous après !) et un trio de sauces : gingembre, soja, et soja-piment (très douce contrairement à ce que l’on pourrait penser). Le riz est bon, mais pas de quoi sauter au plafond.

Le boeuf et l'ail frit

En dessert, j’ai pris une crêpe flambée Fujiyama et je vous conseille vraiment de prendre ce dessert. Vous avez le choix entre trois parfums : vanille/fruits frais, fruits rouges, ou caramel/banane. J’ai pris caramel et je ne l’ai pas regretté ! Le serveur apporte une assiette décorée d’un animal en poudre de thé vert (réalisé au pochoir).

Puis le chef fait réchauffer une petite crêpe pliée sur la plaque, ainsi que la banane qu’il coupe en rondelles biseautées. Ensuite, il fait rouler sur la plaque d’un geste précis une grosse boule de glace avec ses couteaux, puis il dresse l’ensemble sur l’assiette. Dernière étape : la double flambée au rhum ! L’assiette est alors servie avec un vase d’azote liquide, le fameux concept de Cryocooking qui diffuse une épaisse fumée blanche sur la table. Spectaculaire !

Mon seul regret ? Ne pas avoir essayé les tempuras ! J’adore ces beignets japonais et je suis certaine qu’ils y sont excellents.

J’ai aimé ce restaurant parce qu’il propose la véritable cuisine japonaise, c’est à dire une cuisine toute simple mais très technique, peu d’ingrédients mélangés, juste des aliments de qualité, et cuits à point. Et puis c’est un repas-spectacle ! Difficile de garder le cap très longtemps dans votre conversation avec votre voisin, tant votre regard est captivé par ce qui se passe sur les plaques chauffantes.

Surtout, ne manquez pas de réserver, le Benkay fait le plein très rapidement…

Benkay – Novotel Paris Tour Eiffel – 61, quai de Grenelle – 75015 Paris – M° Bir Hakeim / Charles Michels / Javel – Tél. 01 40 58 21 26 – reservations@restaurant-benkay.com

Read Full Post »

Dans la série chinoise, je demande le Sichuan ! Après vous avoir présenté mon coup de cœur pékinois et mon coup de cœur cantonais, voici mon coup de cœur sichuanais.


La cuisine sichuanaise est connue pour ses saveurs relevées et pimentées. Située dans le sud de la Chine, la province du Sichuan produit le poivre qui porte son nom. On y mange beaucoup de piment, car cela permet aux Sichuanais de mieux supporter le climat chaud et humide de cette région. La viande de boeuf y est plus consommée que partout ailleurs dans le pays. Les saveurs sont très variées : comme on dit là-bas, « un plat un goût, cent plats cent goûts ».

L’un des mets les plus réputés de cette région est la fondue sichuanaise. C’est une variante de notre fondue bourguignonne, mais les aliments à cuire diffèrent, tout comme la composition du bouillon de cuisson.

Le restaurant Auciel la prépare selon la tradition. Là-bas, vous ne croiserez pas beaucoup d’Occidentaux et si vous ne posez pas de questions, on partira du principe que vous connaissez le fonctionnement de la fondue sichuanaise !


Le restaurant se trouve dans le 11ème arrondissement, près de la place de la Bastille. Il a remplacé il y a peu un traiteur chinois sans intérêt et heureusement pour nous !



Les plaques de cuisson sont directement intégrées à la table ! Il s’agit de plaques à induction, ce qui vous évitera de vous brûler. Les boutons de réglage de température sont situés sur les côtés de la table.


A la carte, de nombreuses spécialités sont proposées si vous ne souhaitez pas prendre la fondue. Mais ce serait vraiment dommage de ne pas goûter à ce plat authentique ! A savoir : la fondue est un plat très pimenté ! Cependant, vous pouvez demander la version « nature » ou « agneau », qui sont sans piment.

Lors du choix de la fondue, on vous amènera une grille à remplir : il s’agit de tout ce que vous souhaitez tremper dans votre bouillon. Vous avez droit à 4 services, et vous n’avez pas de limite de choix, il est possible de tout sélectionner ! Cependant, attention, c’est bien servi, et ça cale vite ! Vous pouvez soit mettre des croix soit indiquer le nombre de portions que vous souhaitez.

De plus, il est important de savoir que vous devez finir tout ce que vous commandez, sinon on vous facturera les restes en plus. N’hésitez donc pas à commander « petit à petit » pour goûter à tout, quitte à recommander ce que vous aimez vraiment.

Mes recommandations perso : le bœuf, les boulettes de poisson, le tofu frit, la seiche, les boulettes de légumes, et les nouilles.


Si vous commandez la fondue avec crevettes, la fondue arrive dans un premier temps sous la forme d’une salade de légumes et d’herbes, au sésame. Un délice ! Attention à ne pas manger ce qui est sous la salade, et qui va servir à composer le bouillon.


Une fois la salade terminée, un serveur viendra remplir votre casserole d’eau, qui formera le bouillon en se mélangeant aux épices du fond de la casserole. Si vous commandez la fondue sans crevettes, on vous apportera directement le bouillon et les aliments à tremper sans la salade de crevettes.


C’est à vous d’allumer vos plaques pour faire chauffer le bouillon. Attention, ça chauffe fort et vite ! Les différents aliments sont alors apportés sur des plats.

L'agneau et le bœuf

Le tofu, les crevettes et la seiche

Le tofu frit, le tofu, les boulettes de légumes, les boulettes de poisson, les épinards, les feuilles de tofu, et les champignons noirs

Les nouilles

Tous ces aliments sont servis avec différentes sauces (sauce sésame, sauce piquante et sauce saté). Elles sont servies dans des flacons de ketchup et de mayonnaise !

La fondue avec crevettes coûte 19,80 € par personne et est servie à volonté ! La fondue sans crevettes à volonté coûte 17,80 €.

Pour 1 € de plus, vous avez du Pepsi à volonté (improbable, non ?!). Par contre, n’espérez pas repartir avec votre bouteille entamée !

Pensez à réserver, surtout le week-end !

Auciel – 97 rue de Charonne – 75011 Paris – M° Charonne – Tél. 01 43 72 19 08

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :