Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘cantine’

Après mes bonnes adresses chinoises (Sinorama, Auciel, Nouveau Village Tao Tao), je partage aujourd’hui avec vous l’une de mes adresses préférées : ma cantine vietnamienne ! Pour mes nouveaux lecteurs, je précise que je suis d’origine vietnamienne par ma mère et que c’est une cuisine que j’affectionne particulièrement, parce qu’elle est le symbole de mes origines, mais aussi pour sa finesse et sa délicatesse. Sans chauvinisme, j’affirme que c’est la cuisine la plus raffinée des cuisines d’Asie, car elle est très légère, peu grasse, peu sucrée, très parfumée, peu épicée. Juste toute en douceur et en parfums. Un vrai bonheur !

Cette adresse se situe dans le quartier parisien de Belleville, quartier connu pour ses restaurants et commerces asiatiques. Il s’agit d’une véritable cantine, et par là j’entends qu’il ne faut surtout pas imaginer une jolie déco, un service souriant, et une ambiance feutrée. Non, c’est tout le contraire ! Des éclats de voix, des baguettes qui s’entrechoquent, un service à l’arrache, parfois même un peu sec, et zéro déco. Voilà, le cadre est dressé ! Cette cantine est très grande : 4 salles au total, dont une grande et trois plus petites. L’avantage ? Même le week-end, quand le resto est blindé, il est rare d’attendre longtemps…

Dans l’assiette, un bonheur !! Dông Huông propose toutes les spécialités du Vietnam, et notamment du Nord du Vietnam (que l’on trouve assez rarement).

J’y suis allée de nombreuses fois, et en général, quand je fais découvrir l’adresse à des amis novices, j’ai l’habitude de commander des entrées que nous partageons, puis chacun choisit son plat.

Un petit mot sur les boissons, d’abord ! Car il est primordial d’en parler… Vous pourrez goûter ici la boisson préférée de mon père et de mon ami : le quatre saisons ! C’est une boisson étonnante à base de lait de coco, avec tout plein de morceaux de gelée colorée dans le fond du verre… OK, ça ne paraît pas ragoûtant comme ça, mais c’est juste délicieux, vraiment ! Et les saveurs sont tout à fait adaptées à un palais occidental… c’est sucré, doux, on dirait un dessert !

Le "quatre saisons"

Sinon, pour les moins aventuriers, je recommande le thé au lait, un thé glacé asiatique, avec du lait concentré sucré… Une boisson régressive à souhait !

Le thé au lait concentré sucré

Mes recommandations sont les suivantes. En entrée, je prends toujours des banh cuon, des bi cuon, et des cha gio.

Les banh cuon (prononcez bang kouone) sont des raviolis du Nord du Vietnam (littéralement « gâteaux enroulés »). La pâte est à base de farine de riz, et la farce est composée de porc haché et de champignons noirs. Le tout est cuit à la vapeur et servi avec des oignons frits.

Les bi cuon (prononcez bi kouone) sont de mini rouleaux de printemps, mais au porc émincé (sans crevettes).

Cha gio (prononcez tcha zo), c’est l’autre nom des nems (on dit nem dans le nord du pays, cha gio dans le sud). Il faut savoir que les nems sont une spécialité vietnamienne. Ceux que vous mangerez ici vous feront rapidement comprendre en quoi ceux que vous trouvez dans les restaurants chinois sont une pâle copie… Ces nems-là sont frits minute, donc très croustillants, avec une farce fraîche et très parfumée.

En plat, je recommande la spécialité du Nord : le pho ! Cette soupe est composée de nouilles de riz dans un bouillon de bœuf dégraissé, assaisonné au citron, à la coriandre, au basilic thaï, et au piment. Selon la version, vous y trouverez aussi des lamelles de bœuf, des boulettes de viande, du saté, ou des tripes. Ma préférée, c’est le pho bac, avec les lamelles de bœuf qui continuent à cuire dans le bouillon.

Le pho bac

Les accompagnements servis avec les pho

Mon chéri, lui, prend toujours le pho sate, aux cacahuètes.

Le pho sate

Quelle que soit la version choisie, c’est vraiment un délice, un plat à goûter absolument dans sa vie… C’est léger, parfumé, une explosion de saveurs dans une soupe ! Seul inconvénient : impossible de manger les pâtes sans s’éclabousser de bouillon !

Si une soupe ne vous tente pas, Dông Huông propose également un large choix de grillades vietnamiennes, ou des plats de riz. Mais également une spécialité du nord que j’adore : le chao tom, des brochettes de crevettes hachées sur une canne à sucre, servies avec des galettes de riz et de la salade. C’est très typique ! Mais je dois dire que celles de ma mère sont indétrônables…

Le chao tom

Pour ce qui est des desserts, la carte propose les classiques coco givrée, mouscoco, et autres glaces en sachets ! Mais la spécialité à tester absolument, c’est le chè ! Soit le chè bàp, soit le chè chuoi. Il s’agit d’un dessert à base de perles de tapioca dans du lait de coco, soit au maïs (chè bàp), soit à la banane (chuoi). La première version est réservée aux initiés, ou aux amateurs de découvertes insolites, car pour un palais européen, ça peut surprendre ! La deuxième version est moins originale, plus proche des saveurs françaises, mais pas moins délicieuse !

Le chè bàp

Les prix sont très très abordables : entre 5 et 7 € l’entrée, entre 7 et 11 € le plat. En général, je m’en tire pour moins d’une vingtaine d’euros, pour une entrée, un plat, un dessert, et une boisson. Et si vous avez un budget ultra short, un pho à 7 € suffit amplement à caler même un très grosse faim !

18 € par personne !

Je ne peux que vous recommander d’y aller, pour découvrir les véritables spécialités vietnamiennes. Parfait pour un repas sans prétention, entre potes ! A oublier pour un date romantique…! 🙂

Dông Huông – 14, rue Louis-Bonnet 75011 Paris – M° Belleville (L2) – Tél. 01 43 38 25 74

Read Full Post »

Grâce à mon boulot en free-lance, je change souvent de bureau, et donc de quartier ! L’une des agences pour lesquelles je travaille régulièrement se trouve en plein cœur du quartier japonais à Paris, métro Pyramides. C’est l’occasion unique de découvrir toutes les spécialités japonaises… mais les vraies ! J’entends par là, pas les classiques makis, sushis, et autres yakitoris ! Non non non… car en réalité, il faut savoir que ces bouchées ne sont pas mangées couramment au Japon, mais plutôt pour les jours de fête. Au quotidien, les vraies spécialités sont plutôt les gyoza, les soba, les ramen, et autres okonomiyaki !

Donc me voilà partie pour vous faire découvrir les… okonomiyaki, chez Aki, la cantine jap spécialiste du genre ! J’y suis allée une première fois avec mon papa, puis avec une amie, puis avec mon amoureux ! Tous ont beaucoup aimé et je n’ai jamais été déçue !

La salle du rez-de-chaussée

L’endroit est simple, la déco pas très recherché, mobilier en bois classique. On ne peut pas réserver, donc sachez-le : c’est toujours plein ! Mais en général, l’attente n’est pas longue. Il y a deux niveaux, et un bar à chaque niveau auquel on peut s’attabler. Privilégiez le rez-de-chaussée, plus lumineux que le sous-sol.

Le comptoir du rez-de-chaussée

Mais… qu’est-ce que l’okonomiyaki, me direz-vous ?! Eh bien il s’agit d’une omelette ! Une omelette japonaise dont je tairai la composition exacte… pour la simple et bonne raison que je ne la connais pas ! hahaha ! Vous pouvez cependant choisir l’ingrédient principal, à savoir kimchi (légumes fermentés), porc (en fait, lard), bœuf, etc. L’omelette est assaisonnée d’une petite sauce sucrée (type barbecue) et d’une sorte de mayonnaise. Elle est servie dans un petit caquelon, sur un socle en bois. Pour la manger, vous utiliserez une petite palette en métal très pratique.

Ce plat est très complet, et croyez-moi, vous n’aurez plus faim après ! Les saveurs sont originales, un mélange de salé, d’acidulé, et de sucré. J’aime beaucoup ! Et ce que je préfère, ce sont les espèces de petits copeaux de ??? parsemés sur l’omelette et qui, sous l’effet de la chaleur, s’agitent sans cesse !

L'okonomiyaki

Au déjeuner, de nombreuses formules sont proposés, toutes très bon marché (10-12 €) ! Certaines avec une entrée (soupe, salade), d’autres avec des plats tels que le fameux porc pané, enfin celles avec l’okonomiyaki.

Au dîner, les plats sont un peu plus onéreux, mais le tout est globalement très intéressant, et accessible à toutes les bourses !

Je recommande les sashimis de saumon, c’est une entrée légère et généreuse. Le saumon cru est servi avec une sauce soja au gingembre corsée, un délice.

Les sashimis de saumon

Il y a une autre entrée originale et très savoureuse : les gyozas ! Mais pas n’importe lesquels… ici, les gyoza sont servis en potage ! Insolite !

Les gyoza

Et si vous souhaitez combler votre envie de sucré après le repas, ne cherchez pas : vous ne trouverez pas de dessert à la carte ! En revanche, le propriétaire du restaurant a ouvert juste en face une pâtisserie japonaise proposant éclairs au thé matcha, roulés au yuzu, et autres gâteaux revisités à la japonaise !

N’hésitez plus : testez !

Aki – 11 bis, rue Sainte-Anne 75001 Paris – M° Pyramides – Tél. 01 42 97 54 27

Aki Boulangerie au n°16 (juste en face)

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :