Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘munster’

La Choucrouterie est un restaurant-théâtre situé à Strasbourg, appartenant à Roger Siffer, acteur, humoriste, et chanteur alsacien. Ce personnage, né en 1948, est unique et manie l’humour avec la même aisance en français qu’en alsacien !

C’est un lieu unique en son genre, à l’image du patron (digne héritier de Germain Muller et de son célèbre cabaret strasbourgeois des années 50, le Barabli) ! En effet, les spectacles y sont joués simultanément en alsacien et en français ! Le public est divisé en 2 salles et les comédiens passent de l’une à l’autre, pour jouer le même spectacle à 1/4h d’écart, en français pour la première salle, en alsacien pour la seconde… autant dire un vrai tour de force linguistique !

Le chaleureux restaurant est adjacent au théâtre. On y déguste des spécialités alsaciennes telles qu’une grande variété de choucroutes (notamment la choucroute rouge à base de chou rouge) et des plats de dampfnüdle (petits pains à la vapeur), que vous trouverez rarement à la carte d’un restaurant. La plupart des produits sont issus de petites fermes du Val de Villé (« la plus belle des vallées ») dont est originaire le patron.

La décoration est chaleureuse et totalement imprégnée de l’humour alsacien, avec des portraits d’alsaciennes dans des positions plus ou moins politiquement correctes, dessinées par Tomi Ungerer ! L’humour va jusque dans l’assiette !

Mes recommandations :

Le foie gras de canard maison, parfaitement assaisonné et servi avec une originale compotée d’oignons (parfumée au Maggi).

La choucroute, respectant la tradition alsacienne. Copieuse, avec un excellent chou, dommage, un peu trop de viande par rapport à la quantité de choux servie.

La bouchée à la reine, un véritable délice ! La crème est très parfumée et riche.

Le bibeleskäs, le traditionnel, le vrai !! C’est un fromage frais avec du munster et des pommes sautées (tout simplement excellentes ici), le tout servi avec ail, oignon, ciboulette et persil.

Les joues de porc caramélisées au miel, servies avec d’exquises spätzle (pâtes aux oeufs alsaciennes, pour ceux qui ne suivent pas !).

Côté desserts, je n’ai rien goûté qui m’ait complètement enchantée et que je puisse vraiment recommander.

Il faut compter entre 25 et 30 € par personne pour une entrée, un plat et un dessert.

Consulter la carte complète

La CHOUC’routerie – 20, rue Saint-Louis – 67000 Strasbourg – Tél. 03 88 36 52 87 – restaurant@choucrouterie.com

Publicités

Read Full Post »

Mon aliment préféré, c’est le fromage. Je vous ai déjà donné une bonne adresse pour en trouver des fameux, aujourd’hui, je vais vous donner toutes les ficelles pour composer un plateau de fromages réussi.

A savoir

La France compte plus de 400 fromages différents, répartis en différentes catégories à connaître :

– les fromages à pâte pressée -> cantal, comté, gruyère, reblochon, beaufort, …

Les fromages à pâte pressée

– les fromages à pâte persillée -> bleu de Bresse, roquefort, fourme d’Ambert, …

Les fromages à pâte persillée

– les fromages de chèvre -> picodon, pélardon, crottin de Chavignol, …

Les fromages de chèvre

– les fromages à pâte molle -> camembert, brie, munster, livarot, …

Les fromages à pâte molle

Chaque région a ses fromages !

Quelques exemples :

– Alsace -> munster

– Auvergne -> saint-nectaire

– Berry -> chèvre de Valençay

– Île-de-France -> brie de Meaux

– Jura -> comté

– Nord -> maroilles

– Normandie -> livarot

– Savoie -> beaufort

Il existe également de nombreux fromages étrangers, tels que le gouda, la feta ou le gorgonzola.

1ère étape : la composition

Première règle : privilégier les fromages au lait cru. Le lait cru est un lait brut qui n’a subi ni pasteurisation, ni stérilisation, ni thermisation, ni microfiltration, et qui n’a jamais dépassé les 40°, c’est-à-dire qui est resté proche de la température du corps de l’animal.

Il faut compter 5 fromages pour 4 personnes (on sert généralement un nombre impair de fromages).

Pour équilibrer les variétés et plaire à tout le monde, l’idéal est : 1 fromage à pâte pressée, 1 fromage à pâte persillée, 1 fromage de chèvre, et 2 fromages à pâte molle.

On peut aussi imaginer, pour les connaisseurs, d’approfondir les saveurs d’un terroir en proposant un plateau de fromages régional. Exemples :

– Jura -> comté, bleu de Gex, et vacherin

– Savoie -> reblochon, abondance, et tomme

On peut aussi proposer un plateau de fromages d’un même type.

Exemple :

– fromages à pâte persillée -> bleu d’Auvergne, fourme de Montbrison, roquefort, bleu de Laqueuille, et bleu de Gex

En général, on prend uniquement des fromages coupés, et cela pour trois raisons : premièrement, pour que les invités ne se sentent pas gênés d’entamer un fromage, deuxièmement pour montrer dans quel sens il se coupe, troisièmement pour montrer aux invités l’intérieur du fromage et donc son affinage.

2ème étape : la présentation

Selon les pros, les fromages doivent être disposés du plus doux au plus fort dans le sens des aiguilles d’une montre.

Pour la présentation, je conseille un plateau couvert d’une cloche. Le plateau doit être fait d’une matière naturelle pour éviter que les goûts ne soient altérés : osier, bois, ardoise, verre, ou marbre. Ensuite, parsemez vos fromages de fruits (tomates cerises, figues, raisins, pomme, poire), de fruits secs (raisins, amandes, noix), de feuilles de vigne, et de fines herbes (ciboulette, menthe).
Il faut toujours sortir le plateau plus d’une heure et demi avant le service. Le fromage se sert à température ambiante et a besoin d’être chambré.

On propose deux couteaux : un couteau pour les pâtes persillées et les pâtes molles, et un couteau pour les pâtes pressées (éventuellement un troisième couteau pour les fromages très forts).

3ème étape : la dégustation

La règle est simple et logique : on va toujours du fromage le plus doux au fromage le plus fort en goût. On propose une corbeille de pains variés grillés ou non (baguette, pain de campagne, pain aux noix, pain au raisins, pain aux céréales, etc.) et du beurre. Vous pouvez également accompagner les fromages de confitures, comme la confiture de cerise noire ou la pâte de coing.

On déguste le fromage avec du vin, une bouteille ou deux : un vin rouge puissant, un vin rouge léger, ou un vin blanc doux tel que le Sauternes. Sachez que contrairement aux idées reçues, le vin le plus adapté à la dégustation de fromages est… le vin blanc ! Tous les chefs et les sommeliers le disent ! Les seuls fromages qui se marient aussi bien avec un blanc qu’avec un rouge sont les fromages à pâte persillée car leur goût puissant n’est pas emporté par les tanins du vin rouge. En toute logique, plus le plateau sera composé de fromages forts, plus le vin devra être puissant.

Quelques alliances idéales :

– comté/Chardonnay

– cantal/Pays d’Oc

– reblochon/Chardonnay

– munster/Gewurztraminer

– coulommiers/syrah

– saint-félicien ou saint-nectaire/bourgogne

– brebis basque/grenat

Mais il n’y a pas que le vin ! Le camembert se marie bien avec du cidre brut, le fromage de brebis avec du vin de pomme, les maroilles/munster/mimolette/bergues/cheddar avec de la bière, le fromage corse avec de l’eau-de-vie, le livarot avec du calvados, et même les pâtes pressées comme de la mimolette avec du saké !

On peut aussi oser les bulles ! Leur vivacité met en valeur les pâtes molles, surtout les poivrées : un crémant d’Alsace avec du camembert, ou un crémant de Limoux avec du brie par exemple.

Si l’on propose un plateau de fromages d’une seule région, il est bien sûr de bon ton de proposer du vin de la même région.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :